17 déc. 2004

On n'achève pas les lions

Le président déchu du Conseil constitutionnel à crinière n’en finit plus de traîner ses chaînes dans les prétoires jusqu’à ruiner le point de Hongrie encaustiqué de la justice républicaine.

Voilà que son excellence et maître, à peine désenglué des frasques péripathétiques de sa copine à carte à puce illimitée et guéri de ses fantasmes bottiniques – Berluti y consentirait --, s’est abandonné à l’exécution testamentaire de la succession Giacometti dont il a protégé le siphonage en tout bien tout honneur, mon salaud, les hoirs n’y ont vu que du feu ! On ne se refait pas !


Trente mois avec sursis requis, trente mois ce n’est pas une peccadille. Que veut dire encore le sursis ? De quelle obligation le prévenu est-il sursitaire ? En général ces atermoiements pusillanimes s’adressent aux puceaux du casier, casier moral ou bureaucratique, j’entends, les primipares de la faute, les impulsifs, les irascibles, les andouilles, les humbles et les pauvres en esprit du Sermon sur la montagne. Du moins devrait-il en être ainsi. Mais jamais devrait-on requérir le sursis pour des chevaux de retour de la trempe de son excellence et maître. Et pourtant !

Y aurait-il quelque part de la compassion pour le harcèlement judiciaire ? Souvenez-vous, le prévenu a traversé à cloche-pied le purgatoire du juge viking sur une planche étroite posée tout au-dessus des flammes de l’enfer. Celle-là le distrayait de sa progression périlleuse par des cris hors de propos et du temps, du genre : « Qu’as-tu fait mon président de ta montre plate ? » ou encore « Les arts premiers, les statuettes, c’est socialiste ça ? ». De quoi trébucher, avouez-le. A défaut de quoi vous suez sang et eau rien que de vous concentrer sur le fil du sillon imaginaire qui doit vous guider au-delà de l’Instruction.

L’Instruction, c’est l’enfer. Tout le monde y consent, surtout dans le principe inquisitoire découlant tout droit de la Question d’Ancien régime. Avouez, avouez, vous vous sentirez mieux, bien mieux, et vous aurez un verre d’eau. Malheureux président, par cela il a déjà payé.

Les Giacometti ont manqué de discernement en plaçant leur confiance dans les tiroirs à triple fond d’un professionnel de la magie politico-financière. C'est tout ! Circulez !

L’inventaire mitterrandien nous réserve-t’il d’autres surprises ?

Feu le Président aimait varier son entourage, et ne dédaignait pas manipuler les marionnettes à la tombée du jour, entre chien et loup.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques