20 déc. 2004

Papiers de soie

En rangeant des papiers dans une malle turcomane, j'ai sauvé la correspondance d"une cousine anoblie par le ciel de lit, duchesse de Haworth and Henceforth (née Germaine Picon le 16 août 1943 au Saut-du-Tarn 81620).


Heworth, le 26 mars 2003


Dear,

Nous devisions hier au goûter des veuves du comté sur les efforts produits par les émirs du Golfe pour accueillir sur la Côte des Pirates les dignitaires du parti Baas irakien, et d'abord le plus illustre d'entre eux. Pour les avoir vus sur les écrans, nous leur avons trouvé l'oeil brillant, la moustache noire et lustrée, sauf celle de Tarek Aziz, et les dents impeccables. Ces propositions ne semblent susciter aucun écho, peut-être le climat (?) ou des doutes sur la solidité des banques du Golfe. Aussi, en riant au début, et plus sérieusement à la fin, nous avons convenu de créer une association pour l'exil de ces garnements que nous souhaiterions accueillir dans notre belle Angleterre où les châteaux sont vastes et les banques sérieuses.

A la majorité, ces dames m'ont abandonné Saddam Hussein, faveur que je clame par votre entremise afin de bénéficier de l'antériorité, dès fois qu'une pimbêche autrichienne ou polonaise ne s'entiche de ce monstre.

Mais le plus drôle fut l'affectation du vieil Aziz que nous voulions confier à notre doyenne, Lady Stanhope de Coniston.

- C'est un Chaldéen, votre Grâce, vous savez l'astrologie !

- Vous me prenez pour Lucy pour m'offrir ce vieux manche, Chaldéen en plus. Le Révérend Bradley m'a confié qu'il était en personne accouru au Vatican pour évaluer de visu quand serait proclamée la vacance du trône de Pierre l'Apôtre. Quel culot ! Un adorateur du Soleil et de Lizbeth Tessier vaquerait dans les couloirs obscurs de notre château, j'en frissone ! Donnez-moi un Kurde des montagnes, avec le turban, le dolman doré, la culotte rouge bouffante, et le fusil de traite, comme avait pu l'apprécier mon aïeule Danaë de Tébizonde après l'Exode des miens.

- Mais il n'y a point de Kurde baassiste, votre Grâce, il nous faut prendre parmi les Chiites, les Sunnites, les Turkmènes, voire les Assyro-Chaldéens.

- C'est le voire dont je me méfie, Chérie. Donnez-moi un Turkmène, un Turcoman. Avez-vous une gravure de Turkmène ?

Et nous ne pûmes aboutir faute d'image qui put convaincre la comtesse entêtée.
Je vous narre ce débat afin d'apporter à l'histoire une modeste contribution sur le "moral de l'Arrière" qui par ailleurs soutient sans faille les Tommies engagés dans l'enfer irakien. Nous les fêterons à Plymouth dès qu'ils nous reviendront à la Saint-Jules ; il n'y a déjà plus aucune chambre d'hôtel de libre là-bas.


Affectueux égards,

Lydie de H & H.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques