6 avr. 2005

Grimaldi est monté aussi

700 ans déjà

Le prince est mort ce matin.
Et bien d'autres, plein d'autres, illustres et manants, tous porteurs du même génome humain, tous à l'ensileuse céleste, sans distinction de classe, de sang, de service ôté à ceux qui attendent derrière, grands de ce monde, chétifs inutiles, qui sait combien pèse l'âme ?

La Côte des Pirates la plus kitch du monde est en deuil, abaissez la marque de beaupré, et par le sémaphore, réservez une table au Sporting pour jeudi en huit.
Rainier III Grimaldi laisse derrière lui l’image d’un commodore génois, avisé et ronchon, bien campé sur de courtes jambes qui lui donnaient l’assurance embarquée d’un Popeye, la moustache à la Clark Gable en plus. Il refit les blanc, rose et or de sa principauté par un mariage roturier de qualité avec une jeune actrice, lisse et claire qui rêvait de Sissi . La belle famille wasp lui ouvrit les portes du grand monde et lui procura les conseils du niveau bostonien qui faisaient défaut jusque là dans le milieu cosy de la Société des Bains de Mer, où le canard à l’orange hebdomadaire était la seule aventure exotique. Ceux qui en ont goûté prendront le train !
Les aïeux étaient océanographes loin du rocher, Rainier III se contenta d’ancrer le yacht familial dans le joli port mignon, fronçant les sourcils chaque fois qu’une célébrité venait ancrer le sien de quelques pieds de plus, à côté de lui. Ainsi se fâcha-t-On à mort avec Onassis et Jacky. C’est vrai qu’il était riche et moche, et elle un peu flétrie.

Peu à peu, Monaco qui ressemblait alors à Villefranche-sur-Mer ou Menton, avec juste un club de tir aux pigeons vivants en sus, commença à grandir dans tous les sens du terme, le plus spectaculaire étant l’immobilier, le moins inattendu la banque à laver, jusqu’à obtenir sa reconnaissance comme entité vraiment distincte de la grosse république voisine. Bien qu’elle n’ait pu conquérir la totalité de sa souveraineté - police, douane et fisc sont encore assujettis de manière plus ou moins formelle aux caprices de bureaucrates des directions départementales des Alpes maritimes et le chef du gouvernement est toujours proposé par Paris - la principauté de Rainier III a su préserver l’essentiel, son indépendance d’esprit, son autonomie budgétaire, ses liens privilégiés avec le Vatican, l’affection des Monégasques qui ressentent sa disparition comme celle d’un proche, fiable et protecteur.
Il rejoindra là-haut, après les délais d'usage, le grand chagrin de sa vie, non pour ce que vous pensez.


sic transit

Vive le prince !
Albert reprend les rênes à plein temps, lui qui s’est investi très tôt et en profondeur dans le développement d'une image moderne de sa principauté. Jeune quelques jours encore, intelligent, élégant, compétiteur sportif de haut niveau, il a tout pour plaire … aux filles. Espérons pour bientôt une bonne nouvelle.
Douceurs de la monarchie héréditaire, la principauté recueillie pleure son prince sans devoir verser dans l’orgie électorale et ses relents fétides.
Dieu a pourvu.
La famille et son conseil ont formé.
Smooth operators.
Albert, sous nos applaudissements envieux !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques