5 sept. 2005

Evidences de vacances


Invité au barbecue du château chez un duc de Lozère, j'eus le privilège d'observer le bon sens grandeur nature, après il est vrai un sentier d'approche particulièrement tourmenté. C'est le propre des pélerinages que d'emprunter de mauvais chemins pour faire grandir la joie de l'arrivée.

Décalé en horaire par une carte routière dont on avait omis l'échelle, j'atteignis le duché quand le duc était au bain. J'appris bientôt qu'il véliplanchait sur un lac des environs et que sa propension à freiner du séant avait connoté d'ironie son activité sportive.
On fit une petite dinette en attendant qu'il sèche.

Arrivé du bout du monde depuis peu, allait-il me faire partager cette vision irremplaçable qu'ont de loin les gens qui nous observent ? Que pensait-on là-bas de la Mère des Arts des Armes et des Lois, quatrième puissance mondiale selon le taux de change retenu, membre le plus remuant du Conseil de Sécurité, gendarme et docteur de l'Afrique noire, patrie des Lumières jusques et y compris José Bové; quelle impatience !

N'ayant point reçu de son secrétaire le copyright de ses propos je ne peux les citer "sic". Mais si l'on commence par la queue de trajectoire, à la question de savoir où envisageait-il de faire prospérer sa progéniture, la réponse fut brève et non affectée :
là-bas !
Que faire d'autre quand on bénéficie d'une vue panoramique ?
Entre un pays sclérosé, "pensionné", peureux, gouverné par une administration ossifiée qui va jusqu'à métastaser dans la production privée - on cherche le désastre, on y atteint -, et en face, un monde jeune, inventif, confiant dans l'avenir, travailleur et jouisseur à la fois, avec des défis de développement dans tous les compartiments du jeu, il n'y a pas ... photo.
On ne peut mettre ses fils à vingt ans en maison de retraite !

Puis on parla de l'éducation justement. Et dans ce contexte "international", des langues vivantes.
A cet instant j'ai compris que nous nous compliquions la vie en France pour le plaisir, comme de contourner l'Arc de Triomphe alors qu'il est largement troué !
Pour que notre jeunesse parle anglais, ne fallait-il pas tout simplement qu'on fasse venir de Grande Bretagne leurs propres profs d'anglais ? Et vice versa !
Les uns auraient la vie belle assis à nos tables en comparaison gastronomiques sous nos riants climats, les autres seraient punis par le fog de leur syndicalisation excessive ! Une pierre, deux coups ! J'entends Ashiéri-Dracula en pleine crise d'asthme.
Je repartis du château, sonné !


Jusqu'au Castanet de Pinoch !

C'est ici tout l'inverse. Fin du monde. Une ligne de crête tout juste large pour y semer un rang de maisons modestes et six d'oignons, la pente d'un bord et d'autre à soixante pour cent, la route finit en sentier de mule, puis de chèvre, puis d'un pied devant l'autre, et puis rien, pas même de GR, mais une source d'eau ! L'ermitage en la seule compagnie d'un chartreux à grandes moustaches, à condition de pouvoir y asseoir une chapelle et une alcove d'apparition, sainte Casta par exemple, j'ai le béguin !
Mais il n'y a pas de modèle de nef avec une seule colonne de chaises, deux en serrant.

Voyons donc ce projet, avec la statue en ciment de Laetitia sur la droite.


Finalement le seul intérêt est la position cosmique du lieu.
La crête est nord-sud, montant du sud. Le matin donc, salut au soleil, Orfeu Negro, yoga, etc... Le midi, vérification de la table d'écarts-temps et calage des montres et cadrans (pour le compteur bleu), signal à raviver le foyer de la cuisinière à bois pour la collation méridienne. Le soir, benedicite remerciant les étages supérieurs d'une journée de plus, dîner arrosé sitôt l'astre endormi, pipi et au lit !

Je me demande quand même s'il ne serait pas "espiègle" de m'abonner au Monde, rien que pour emm... l'administration postale. Surtout pas, me dit-on dans l'oreillette, c'est un coup à voir débarquer la Gendarmerie !

D'accord on continuera à s'évader par la parabole.

1 commentaire:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques