7 oct. 2005

L'enthousiasme du Lion

Enthousiasmant ! Ce grand pays du si vieux continent continuera de montrer la voie au reste du monde stupéfait, quelle que soit la hauteur de la crue banqueroutière qui le submerge, puisque le doigt qui montre la lune promise est bien au-dessus de la tête qu'elle va engloutir.
Villepin le lion flamboyant
m'a cloué au fauteuil !
Dominique De Villepin
Mais qui était donc ce Cohen, plumitif de l'éjaculation précoce, qui ne pouvait attendre la fin de l'oracle pour déballer des vérités qui cassaient l'enthousiasme ? Un foutu américain !
Parce que l'enthousiasme, mesdemoiselles, mesdames et messieurs, c'est ce qui manque au peuple français. L'enthousiasme réduira le chômage, la dette de nos enfants et le déficit de la Sécurité Sociale parce que de l'enthousiasme nait la croissance, et que la croissance crée du revenu taxable qui se dépense en achats taxables qui crée des emplois taxables, ce qui au bout du compte comptable permet de réformer l'Etat polymorphe et vaillant et notre modèle social en promotion internationale, sans en diminuer le coût ! D'ailleurs les Français détestent les chiffres. Il suffit de voir leur mine au moment d'ouvrir les enveloppes de taxes locales.
22h45 l'exercice est clos. J'ouvrirai bien une bouteille de champagne mais la Faculté me l'ayant interdit je me rabats sur le Coca Cola !

Deux faits divers cette semaine. Le président du conseil italien est venu à Paris pour signer un programme de construction de 27 frégates, à parité. Des milliards pour la Direction des Constructions Navales française et pour Thalès (avec ou sans rétro-commissions). Très bien, la première tranche sera budgétée rapidement, 8 frégates : 7 pour la France et 1 pour l'Italie !
La collaboration transalpine commence mal mais l'essentiel n'est-il pas de parader sous les flashes de la presse au perron de l'Elysée tant que les marches ne s'effondrent pas sous le poids d'une Communication boursoufflée ?

L'autre motif d'inquiétude est le revers de squash que Barroso, le Lusitanien permanenté de Bruxelles, vient de mettre à notre prestige mondial. Les actions communautaires de défense contre les effets nocifs de la mondialisation sont vains, nous crie-t-il, puisque les crédits nécessaires partent en subventions agricoles, au profit de devinez-qui. Et de remettre une couche, ou une balle, en s'offusquant à haute voix que le président de la gabegie française se défausse de son incurie sur les eurocrates qui ne font qu'appliquer les décisions du Conseil européen, le dit-conseil assommé périodiquement par les directives, remontrances et caprices de la délégation française.

Pour un peu, le sabordage nécessaire de la Société Nationaliste Corse Méditerranée serait provoqué par les gnomes européens qui garderaient une dent contre l'île de Beauté où les vaches pullulent statistiquement alors qu'on n'y produit que du lait de chèvre ! Comme quoi tout se tient.
On croit comprendre en filigrane que Chirac de Bity en veut à mort à "l'Europe" d'avoir perdu le référendum du 29 mai.

Reste la grande exportation !
La France vient de présenter à la qualification du SACEUR son nouvel état-major de réaction rapide, normes OTAN, afin de pouvoir commander des opérations de guerre jusqu'à 50000 mille hommes. Mazette ! C'est justement une excellente idée puisque l'allié de référence demande à l'OTAN de s'impliquer à fond en Afghanistan en prenant en compte la chasse aux vilains dans le quartier sud-est du pays, littéralement infesté. Mais déjà l'allié fidèle français, à peine relevé de ses génuflexions atlantiques, émet un avis différent, préférant une collaboration étroite entre les troupes proprement américaines et les troupes européennes plutôt qu'un commandement intégré plus efficace mais moins prestigieux, si d'aventure nos forces spéciales débusquaient le jackpot (OBL). Parce que dans cette quête interminable, on peut estimer que le niveau technique de l'infanterie de chasse française n'est le second de personne, Britanniques mis à part.
Bref, autant signaler quand vous arrivez à une soirée devant marquer votre retour dans la famille atlantique, que vous ne pourrez prendre le menu, mais quelques plats à la carte seulement ! Paraît-il qu'il ne nous reste plus que ces gamineries pour être remarqués.

Mais certains décideurs font moins de bruit et veillent heureusement au rempart : Xavier Bertrand, ministre de la Santé, a donné des détails sur le plan de lutte français contre la pandémie aviaire à l'Assemblée nationale. Le budget de lutte s'élève à 600 millions d'euros.
Notre pays va stocker 150 millions de masques de protection supplémentaires, en sus des 50 millions déjà commandés. La France dispose déjà de 14 millions de doses de l'antiviral Tamiflu et a commandé, pour la fin de 2006, 2 millions de doses de vaccin pré-pandémique (contre le virus H5N1 aviaire actuel) ; 40 millions de doses du vaccin pandémique ont été réservés chez le français Sanofi-Pasteur et chez l'américain Chiron. Voilà qui est rassurant, puisqu'on sait déjà que cette peste est arrivée chez nous (un premier élevage de canards a été éradiqué dans l'Ouest), ce qui n'est pas rassurant !

Pour l'enthousiasme, il y a aussi l'ecstasy !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques