8 nov. 2005

Emeutes en France

feu de busGalouzeau de Villepin des Haras Chirac Chirac & Chodron Associés, n'a pas été si mal lundi soir chez l'ayatollah Poivre d'Arvor, compte tenu des circonstances et de la pression maximale mise sans doute par la cellule de communication politique de l'Elysée. En passant on peut dire que la marotte agitée précédemment depuis le perron du Château et qui voulut se faire passer pour le chef de l'Etat, a passablement déçu. Le défaut de prompteurs a bien entamé l'impulsivité naturelle de cet éternel candidat à la succession de son image électorale.
Sur un forum dont je tairai le nom mais qui de feu n'a connu que celui des Saint-Jean de la Sainte Inquisition, heureuse époque, l'auteur avait dressé il y a quelques jours le vademecum incontournable pour un premier ministre voulant survivre à la veulerie naturelle du pouvoir. Pour mémoire.

"Prenez les choses dans l'ordre et le concret.
- arrestation des émeutiers et condamnations lourdes pour les majeurs (le couvre-feu est indispensable pour dépasser l'obligation actuelle de flagrant délit)
- fouille des caves d'immeubles en présence de leurs utilisateurs déclarés.
- indemnisation rapide des préjudices subis par les détenteurs de voitures, sur la simple base des titulaires de cartes grises rapprochées des épaves stockées au ferraillage.
- réquisition des services de transport récalcitrants afin de réparer la continuité territoriale pour les travailleurs. Le chômage ne touche que 30%, dit-on, de la population active, donc 70% bossent !
- décret d'immigration zéro pour le signal donné. Annulation de tout visa non anthropométrique avec obligation de le faire éventuellement refaire.
- réinstallation des postes de police en quartier ouverts 24/24, avec îlotage. L'effectif existe mais est employé à parader où il ne sert à rien.
- conférence de Grenelle des cités avec les acteurs de terrain (maires, associations pieds au sol, directeurs d'écoles, principaux et proviseurs, police de contact, etc...) et en excluant les responsables politiques nationaux, déconsidérés et verbeux, et tous les syndicats professionnels corporatistes ne vivant que de subsides publics.
- plan de destruction des ghettos en cinq ans.
- financement : suppression de 200000 fonctionnaires en cinq ans."

Comme quoi, entre deux invités à fouler les gobelins sous les ors de Matignon, les spin doctors de galetas suivent les bavardages des fora puisque le couvre-feu a été décidé.
Le reste est comme la guerre, un art simple tout d'exécution !

Un ami me fit remarquer que "malheureusement, nos gouvernants sont très forts en communication, communiqués et petites mesures, mais quand il faut vraiment passer à l'acte, ben, c'est plutôt la débandade ! Mais après tout, on a peut-être les gouvernants que nous méritons". C'est bien la mère de tous les problèmes du pays. Il n'a que trop raison !

L'indispensable démagogie exigée par le système démocratique parlementaire tel que les partis l'ont vicié, est à la limite, de la prostitution ; condamnée ailleurs pour des effets bénins en regard de ceux provoqués par les dérapages et absences des politiques. Raccolage actif de tous bords: Ici les musculators bombent le torse et en appellent à l'Etat-major - ils vont rappeler Poncet ! -; là on fait couler le miel de l'inoxydable compréhension des enfants rachitiques et difficiles à venir. L'un et l'autre discours passant à cent coudées au-dessus de la jeunesse en rupture de ban, qui a décidé de se payer ses plus beaux feux d'artifices.

En revanche je suis sidéré dans les discours dits "responsables", par la tiédeur et la brièveté de la compassion à l'endroit des travailleurs honnêtes de ces quartiers, qui en bavent un maximum depuis longtemps sans que nul ne s'en émeuve vraiment - il y a tant de chats à fouetter pour être réélu - et qui ont subi la totale ces jours-ci. Effectivement c'était trois fois RIEN puisqu'à l'ouverture des hostilités le score 2005 de voitures incendiées en France en dix mois, était de 28000. Mais qui le savait ? Pour quoi faire ? Ce n'était RIEN que de banal ! En onze jours nous avons atteint le score mensuel moyen. 11/31 soit un tiers, soit trois fois RIEN. Elémentaire mon cher Watson. S'il faut encore plaindre les soutiers de la République pendant qu'on budgète la banqueroute à la Chambre !

Au-delà de chez nous, le monde jusque là goguenard, a appris avec stupeur qu'avant le déclenchement des émeutes, ce score magique de 28000 véhicules brûlés n'avait fait l'objet d'aucune dépêche d'agence, ni d'aucun communiqué des services officiels. Ne leur dites surtout pas que nous avions actionné notre superplan Vigipirate, c'est la quarantaine assurée ! On va entrer dans l'Avent avec un stock statistique de presque 38000 véhicules incendiés ! Plus les réjouissances des fêtes de fin d'année ; et nous allons exploser le Guinness Record Book. Unique au monde, les Quartiers soutiennent l'activité de l'industrie automobile ! Même en Irak ils n'ont pas fait mieux en nombre de carcasses. Mais pour qui passons-nous ?

C'est vraiment l'Automne du Patriarche latino-corrézien, inventeur de la fracture sociale pour-de-rire. Ce fameux ordre républicain sur les lèvres de tous les pris-de-court n'est que la tunique de Nessus d'un pouvoir émasculé. En appeler jour après jour à la République, deux cents ans après sa fondation, laisse planer un doute sur la profondeur de son enracinement dans la nation. Nul autre pays ne se réclame aussi souvent de son régime fondamental.

Et pendant les travaux, la vente continue. L'UNEDIC est quasiment coulée, plombée de quatorze milliards d'euros !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques