9 déc. 2005

Poésie Gratuite

Une fois dans le texte n'est pas coutume.
Un poème de Jaufré Rudel, troubadour aquitain et croisé (ca. 1113-1170), avant que les hordes du Nord ne déferlent.

Lorsque les jours sont longs en mai

Lanquand li jorn son lonc en mai
m'es bels douz chans d'auzels de loing
e quand me suis partitz de lai
remembra-m d'un'amor de loing
vauc de talan enbroncs e clis
si que chans ni flors d'albespis
no-m platz plus que l'inverns gelatz

Ja mais d'amor no-m gauzirai
si no-m gau d'est'amor de loing
que genser ni meillor non sai
vas nuilla part ni pres ni loing
tant es sos pretz verais e fis
que lai el ranc dels sarrazis
fos eu per lieis chaitius clamatz

Iratz et gauzens m'en partrai
qan veirai cest amor de loing
mas non sai coras la-m veirai
car trop son nostras terras loing
assatz i a portz e camis
e per aisso non sui devis
mas tot sia com a Dieu platz

Be-m parra jois qan li qerai
per amor Dieu l'amor de loing
e s'a lieis plai albergarai
pres de leis si be-m sui de loing
adoncs parra-l parlamens fis
qand drutz loindas er tant vezis
c'ab bels digz jauzirai solatz

Ben tenc lo Seignor per verai
per qu'ieu veirai l'amor de loing
mas per un ben que m'en eschai
n'ai dos mals car tant m'es de loing
ai car me fos lai peleris
si que mos futz e mos tapis
fos pelz sieus bel huoills remiratz

Dieus que fetz tot qant ve ni vai
e fermet cest'amor de loing
me don poder qe-l cor eu n'ai
q'en breu veia l'amor de loing
veraiamen en locs aizis
si qe la cambra e-l jardis
mi resembles totz temps palatz

Ver ditz qui m'apella lechai
ni desiran d'amor de loing
car nuill autre jois tant no-m plai
cum jauzimens d'amour de loing
mas so q'ieu vuoill m'es tant ahis
q'enaissi-m fadet mos pairis
q'ieu ames e non fo amatz

Mas so q'ieu vuoill m'es tant ahis
totz sia mauditz lo pairis
qe-m fadet q'ieu non fos amatz.

Pour les accents pointus :
Interprétation en languedoil
Lorsque les jours sont longs en mai
M'est beau doux chant d'oiseaux de loin
Et quand je suis parti de là
Me souvenant d'amour de loin
Vais de désir front bas et clin
Ainsi chants ni fleurs d'aubépine
Me plais plus que l'hiver gelée

Jamais d'amour me réjouirai
Si ne jouis cet amour de loin
Que mieux ni meilleur ne connais
Vais nulle part ni près ni loin
Tant est son prix vrai et sûr
Que là devant les Sarrasins
Pour elle être captif réclame

Triste et joyeux m'en partirai
Quand verrai cet amour de loin
Mais ne sais quand la reverrai
Car nos terrains sont vraiment loins
Il y a tant cols et chemins
Et pour ceci ne suis devin
Mais que tout soit comme à Dieu plaît

Paraîtra joie quand lui querrai
Pour l'amour-Dieu l'amour de loin
Et s'il lui plaît j'habiterai
Près d'ell mêm si je suis de loin
Donc arrivera l'entretien fidèle
Qu'amant lointain devenu proche
A ses beaux dits jouira plaisir

Je tiens bien le Seigneur pour vrai
Par qui verrai l'amour de loin
Mais pour un bien qui m'en échoit
J'ai deux maux car tant m'est de loin
Ah que sois là-bas pélerin
Que mon bâton et mon tapis
Soient par ses beaux yeux regardés

Dieu qui fit tout qui va et vient
Et forma cet amour de loin
Donne le pouvoir au coeur que j'ai
Que bientôt vois l'amour de loin
Véritament en lieu aisé
Tel que la chambre et le jardin
Me semblent tout temps un palais

Il dit vrai qui me dit avide
Si désireux d'amour de loin
Car nulle autre joie ne me plaît
Que de jouir de l'amour de loin
Mais ce que veux m'est interdit
Car ainsi dota mon parrain
Que j'aime et ne suis pas aimé

Mais ce que veux m'est interdit
Que tout maudit soit le parrain
Qui fit que ne suis pas aimé.


(A suivre ?)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques