12 janv. 2006

La comtesse du gaz

C'est une semaine royale.
La comtesse du Gaz remonte en ligne pour les législatives de mars prochain. Non ce n'est pas un nouveau parti politique ni quelque Groupement des Anciens Zouaves pontificaux qui se positionnerait entre le parti magyar de l'Intérieur et la Coalition des gauches en feu ; pas du tout. Nous sommes en Ukraine, un pays de politique vivante, exempt de spectres et bourré de cadavres en placard. Le gouvernement est démis par la Verkhovna Rada (c'est l'Europe, il faut s'y faire) au motif à tiroirs que le contrat scabreux d'approvisionnement de gaz russe est impossible si l'on ne dit pas tout. C'est un coup magistral de Lioulia Timochenko.

Lioulia
Met ta ceinture ! A la vanne d'amont de Gazprom le méthane CH4 se débite à 230 dollars le kilomètre-cube, à la vanne d'aval il passe à 95 dollars après avoir pris l'air d'Ouzbékistan. Qui paie quoi à quel stade est difficile à savoir, mais l'opération commerciale est confiée très officiellement à une compagnie bilatérale lichtentinoise dénommée Rosukrenergo. C'est un peu comme si GDF achetait le gaz hollandais à une entreprise gazière des îles Caïman. Le conseiller Van Ruymbeke y aurait vu du grain à moudre. D'autant que le même gaz arrive chez le camarade-dictateur blancrussien à 47 dollars ! Certes, c'est un ami sur lequel Moscou peut compter dans l'adversité démocratique, et duquel on ne craint pas de révolution jaune ou caca-d'oie. Il est tellement obtus en plus qu'il ne peut être ni manoeuvré, ni contourné, ni circonvenu ; le pays est de marbre, le gouvernement de marbre, le président de marbre, blanc sur rouge, rien ne bouge.

Alors pourquoi la partie russe à la négociation a-t'elle insisté jusqu'à l'hystérie - c'est toujours tragique un débat russe passé 15 heures, il faut tenir le titre de la vodka - pour que la Rosukrenergo soit le sas de décompression obligatoire des transactions ? Un jeune débutant dans le commerce international vous dirait que c'est le moyen simple d'externaliser et de répartir de la marge loin des yeux, loin du coeur fiscal de la patrie. Le scénario est tellement cucu qu'il en serait invendable, même à Jean Pierre Mocky qui avale tout.

L'envoyé spécial de Steppique Hebdo à Kiev a pu toucher (à l'initiale près) la belle dame de fer de l'ancien Hetmanat cosaque, et tout s'éclaire. Alors premier ministre, la beauté slave au casque tressé avait détecté des fuites corruptives dans les réseaux gaziers, et convaincue elle-même autrefois d'avoir tendu la sébile, n'eut aucun mal à débusquer la coterie du président Leonid Koutchma, le prorusse battu par les Oranges, qui dépité, avait alors ouvert la lucarne de la chambre aux secrets pour lui permettre de contempler la coterie de son successeur vitriolé, affairée aux mêmes répartitions. Son sang ne fit qu'un tour à l'idée même d'avoir été exclue du happy-birthday-to-you qu'elle en parla ouvertement au chevalier-président Viktor Bayard Iouchtchenko qui la vira séance tenante. C'était en septembre dernier.

Mais elle est restée influente à la Chambre ! Le dit-hémicycle avec le renfort des partisans de la comtesse vient de virer le gouvernement Ekhanourov pour contrat gazier de péril national. Le président, en villégiature officielle de travail au Kazakhstan, a déclaré vouloir saisir de l'illégalité de la procédure, la Cour constitutionnelle dès son retour. Et il a raison ! A commencer par y nommer des conseillers de son bord puisque présentement il n'y a aucun titulaire y fonctionnant, la Rada n'y ayant non plus nommé quiconque. La coquille suprême est vide de tout, mises à part peut-être deux superbes secrétaires pas farouches qui testent les logiciels en vernissant leurs ongles.

Il est facile de comprendre pourquoi l'Ukraine attire les regards du monde entier. Il s'y passe toujours quelque chose comme autrefois à la défunte Samaritaine. Sauf qu'ici la belle Samaritaine ne porte pas de l'eau à la cruche d'épaule, mais la kalash. Revenant en France, notre grand reporter s'est mis à languir tant est petit le combat hexagonal, puis à boire. La pige lui fut arrachée des mains alors qu'il sombrait dans un profond coma, sans doute pour interviewer Ariel Sharon.
Sur ces entrefaites, Moscou se tape sur les cuisses, Paris, Berlin, Budapest et Prague téléphonent, et l'action de Gazprom a gagné 7,2 %. Ce n'est qu'un début !

vodka
Nous recommandons les agences suivantes pour leur excellent service :
- Opodo
- Voyage pas cher
et même la croisière lascive :
- Viking cruises

Serviteur.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques