6 janv. 2006

L'étoile à neuf branches

Selon Romandie News, la consommation de cannabis a doublé ces dix dernières années en Suisse. Et les jeunes fument leur premier joint en moyenne avant leurs 16 ans. En tout, 46% des adolescents et des jeunes adultes ont déjà consommé du cannabis. L'étude a porté sur 5000 personnes âgées de 13 à 29 ans interrogées en 2004. Parmi elles, 13% ont indiqué qu'elles avaient fumé au moins un joint dans les six derniers mois. Ces personnes comptent parmi les consommateurs actuels. Ce qui inquiète particulièrement les experts est que les jeunes semblent commencer à fumer des joints de plus en plus tôt. Ils ont aujourd'hui en moyenne 15,9 ans. Dans la tranche d'âge des consommateurs de 13 à 18 ans, le premier joint a été fumé à 14,7 ans. Chez les 19 à 29 ans, à 16,4 ans. Selon le rapport, cet âge est en constante diminution depuis le début des années 90.
Le problème est bien que la production ne suit pas.

l'étoileNos amis helvètes ont bien légalisé la culture domestique du pot, mais au coeur du massif alpin ce genre d'exposition derrière les carreaux de la cuisine donnant au sud, montre rapidement ses limites. "Et pourquoi pas du pavot dans not'beau Tessin", me disait une toucheuse de boeuf sur le chemin de Chironico. Il faudrait obtenir une mutation génétique de la papavéracée choisie afin de l'acclimater. Mais on ne peut prévoir les réactions ultérieures du consommateur final qui reconnaîtra peut-être dans cette production de montagne, un organisme génétiquement modifié ; ce qui coulera son marché.

Après consultation des mandarins de l'INRA, il s'avère scabreux, scientifiquement jugé, de pousser à l'acclimatation du pavot en Suisse. Par contre il est des possibilités intelligentes pour le mûrissement à bonne exposition du cannabis dans les Basses Cévennes. Les agriculteurs intrépides pourraient s'inspirer des modes de culture en vigueur dans le Rif marocain où un patient dosage de la pente et de l'irrigation permet d'atteindre des rendements népalais.
C'est l'incommensurable avantage de l'entaillement cévenol des montagnes en traversiers - ces étroites terrasses soutenues par des murs de pierres sèches, véritables magasins de chaleur et amortisseurs thermiques - qui va améliorer de beaucoup l'environnement du plant rifain. Ces montagnes sont à vendre pour une bouchée de pain chacune, et le seul investissement notable est la main d'oeuvre pour rétablir la continuité des ouvrages par endroits effondrés. On saura, je présume, intéresser la jeunesse désoeuvrée de nos banlieues à ces travaux, travaux des champs et des jours dont les lendemains chanteront en six-cylindres bavaroises. Le génie basique du Cévenol, dur au mal, entêté, sobre et avare, allié à l'hystérie commerciale du maghrébin assimilé, en chaleur dans le deal, profitant de son sens de la filière multiple et du magasinage dispersé, sont autant de promesses d'eldorado comme la belle région n'en a plus connu depuis la disparition de la soie sauvage.
Pierre Arnaud Chouvy a fait une exploration récente pour Jane's et pour Geopium dans l'enfer vert marocain, qui démontre qu'à coeur vaillant tout est possible. Deux photos parlantes :

La pente naturelle à éviter pour les ânes
pente naturelle

Les fonds de vallée afin que rien ne se perde
le fond de vallée

En très peu d'années, on verra descendre par la draille des grands causses des troupeaux de cultivateurs de la Confédération paysanne, abrutis d'abord et sevrés ensuite de subventions européennes, venir prendre leur part de l'ouvrage et laisser aux gendarmeries de plaine leurs tracteurs inutiles, depuis que seul le mulet adroit peut tourner en bout de terrasse. Alors d'un versant à l'autre s'échangeront les chants traditionnels du pays camisard rivalisant avec l'écho des youyous de belles porteuses d'eau.
Que ne ferait-on pas pour que revive le terroir français !
Justement rien !

Notre société hygiéniste comme d'autres sont intégristes, refuse le développement au motif suprême que l'Etat commande aux âmes, aux goûts et à tous destins. La liberté de l'étoile à neuf branches est interdite au peuple. Il n'a droit de rêver qu'à base de produits taxés, la Faculté et Bercy pour une fois d'accord.

Emigrons !

2 commentaires:

  1. p...! j'crois qu'je vais mettre mes qu'at' sous d'économies dans l'achat d'un lopin et essayer l'agriculture.
    Merci steppique, pour l'info

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas pourquoi ce billet ressort dans les statistiques de novembre 2013. La révision de la PAC peut-être !
    Zappatoc a voté contre à Strasbourg.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques