2 févr. 2006

Les Cornes et le Turban

Vous en pensez quoi ?
Ah bien sûr, comme tout le monde ! Surtout gardez-le pour vous.
Il est critiquable de critiquer l'incritiquable, mais surtout d'amalgamer une certaine violence meurtrière de masse et une religion ouvertement déclarée de conquête, lorsque les nouvelles les plus neutres du monde amènent chaque matin à l'estran de notre circonspection passive, la preuve agitée de cette collusion criminelle dont la caricature est dénoncée avec la plus extrême rigueur. Dénoncée même par les antennes diplomatiques des pays assujettis aux préceptes civils de cette même religion, pour ne pas dire l'encrassement de leur civilisation qui en résulte.
Pourtant était-il si grave d'interroger au fusain les docteurs de la loi sur le sort des vierges du paradis après chaque fournée de martyrs débarquée ?
Les ambassadeurs des théocraties insultées ayant donné le signal de l'assaut, ce sont les masses grouillantes d'oisiveté qui se pendent déjà aux édifices des nations décrétées ennemies qu'elles peuvent atteindre, dans un brouhaha défilant entre deux haies de soldats armés qui les endiguent pour en faire sans doute monter le flot. A la fin de la semaine de travail - non, c'est une blague -, les subsides des nations ennemies permettront d'assurer la distribution de riz, farine, pâtes et eau au cul des camions bleus qu'elles financent. Jusqu'à quand ?

Malgré les minerves de fer que la rédaction a fait distribuer en régie pour parer aux sacrifices rituels de cette religion paisible, le brûlot, qui se rédige en zone sarrasine, a été dissuadé de publier les dessins incriminés. Mais à coeur vaillant rien d'impossible, parlons des fiers Danois.

Odin s'afficheSi on leur dispute la découverte de l'Amérique du Nord, les Chinois auraient imprimé des cartes antérieures aux griffonnages d'Eric le Rouge, on les sait grands voyageurs, curieux de tout, et inlassablement courageux même quand tout est perdu. Un peu d'histoire des hommes à cornes :
Le royaume de Danemark naquit en 980 sous l’égide de Harald-la-dent-bleue. La nation ayant découvert son destin, les grands Danois contrôlèrent d'une main de fer, malgré des variations importantes, tout le nord de l'Europe occidentale, Angleterre, Suède méridionale, Norvège, et la plaine allemande rive droite de l'Elbe. Et bien sûr la Baltique dont ils gardent toujours l'accès sur les fameux détroits. La Suède s'émancipera en 1521 et formera un redoutable royaume militaire qui atteindra à son apogée à la Guerre de Trente Ans. La Norvège quittera le Danemark au Congrès de Vienne en 1814 parce que Frédéric VI avait choisi Napoléon. Le pays ramené à ses territoires originels, plus l'Islande, le Groenland et les Faeroe, développera au XIXè siècle un mouvement à la fois libéral et identitaire qui lui forgera un caractère paradoxal, intransigeant et tolérant, et ce jusqu'à nos jours.
Sa classe politique, gourmande de reconnaissance internationale, le fit entrer dans la Communauté européenne alors que le peuple n'en avait pas envie, comme les Norvégiens d'ailleurs, mais lorsqu'on consulta le peuple sur l'euro, ce fut un "nej" franc et massif. On ne leur a bien sûr pas posé la question du traité constitutionnel du vénérable Giscard d’Estaing, dont en passant, la rumeur m’apprend qu’il a enfin acquis le château d’Estaing pour ses quatre-vingt ans, afin de faire croire aux gueux impressionnables qu’il descend du grand Amiral, alors que chacun sait son sang bleu provenir de soupentes ancillaires et du Conseil d’Etat.

Les Danois sont des paysans-marins, les pieds sur terre, et bien campé à la gîte, des explorateurs aussi. Et comme tels, intéressés d’autrui, ouverts aux autres. C'est ainsi qu'ils avaient développé dans les années fastes, un système d'intégration de tous les étrangers dans leurs schémas sociaux, bien plus généreux que tout ce qu'on a pu imaginer en Europe latine. Mais ce système a connu ses limites dès lors qu'ont afflué les "connaisseurs" occupés seulement à capter les avantages proposés sans qu'ils envisagent de les compenser par la mise en culture de leur génie propre, au bénéfice de la terre d'accueil. S'ils avaient des cornes sur le casque, les Danois se regardant dans le miroir de leurs déficits, ont vite compris que les cornes étaient devenues des ailes, des ailes de pigeons. Alors la vieille revendication identitaire a repris le dessus, et les subsides déversés en aveugle se sont taris.
Ceci permet aux ligues de surveillance de ma conscience, de la vôtre et de la leur, de hurler à la xénophobie, si ce n'est pire. Et pas plus tard que ce jour à midi, l'inimitable Mouloud Anouit - j'ai remarqué qu'on lui avait foutu la Légion d'Honneur comme à un chanteur yéyé - de tonner contre l'exécration des provocations inqualifiables de ce pays marginal et irresponsable.
Le Vice-roi de la ligue-à-penser est excusable. Même en Europe les Danois agacent, et ça vient d'assez loin. Pensez que lorsque toute l'Europe continentale fut couchée par la blitzkrieg du IIIè Reich, le Danemark submergé devint un protectorat. Le roi Christian X à l'inverse de beaucoup de chefs d'état européens, ne s'exila pas. Il demeura à Copenhague avec ses sujets, et continua à sortir chaque jour à cheval promener ses chiens. Quand l'administration nazie publia le décret de l'étoile jaune, il en fit coudre une sur la veste qu'il endossait pour sortir. Il organisa aussi une grande opération d'évacuation de la population juive vers la Suède neutre, à la barbe de l’occupant en une seule nuit ; des milliers de juifs échappèrent aux convois. Chez nous on raflait pour charger les trains. Il mourut en avril 1947, ayant sauvé au moins l'honneur des Danois. Le peuple est reconnaissant de cela à la famille royale, et la défendrait sans murmure d'un mouvement spontané en cas de péril. La reine en exercice, fille aînée de Christian X, a épousé un français. Les enfants sont beaux. La presse est béate.

Alors que les canidés de la caravane bédouine menacent le royaume de Danemark en lequel rien n'est plus pourri depuis longtemps, mesure la précarité de l'approche intégriste et le défaut d’intelligence. Ces messieurs de l'intransigeance applicable aux autres d'abord, vont se casser les dents, et sans doute mieux, celles de leurs sympathisants égarés au royaume de l'honneur et du courage, où ils font presque tache désormais ! Charter pour le désert … on calfate les barques au Jutland.
sauvez les Danoises

1 commentaire:

  1. oui, je soutiens le danemark, france-soir et charlie hebdo.
    Pourquoi? parce que si on ne peut plus rire des choses sérieuses, de quoi va-t'on rire?
    politiquement correct, (auto)censure, humour à l'index, voilà la vraie pollution, celle des esprits.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques