5 mai 2006

Moussaoui en QHS

MoussaouiZacarias Moussaoui est en cage.
Le terroriste auto-proclamé franco-qaïdiste aura finalement raté son entrée dans l'histoire sainte du djihad. Le jury américain lui a refusé le martyre et l'a mis à pourrir dans une cage du Colorado.
Car il s'agit bien de cela.
La presse technique qui prépare une campagne d'émotion pour le rapatriement du fils perdu qui purgerait sa peine dans le confort national en mitoyenneté avec le vénézuélien Carlos peut-être, nous dévoile les conditions de détention du schizophrène. C'est plutôt le film d'horreur.

L'Alcatraz des Rocheuses dispose d'un quartier de pourrissement dénommé ADX. La cellule standard est insonorisée et mesure 350x200 cm. Le mobilier, lit compris, est en béton, scellé au sol. Le prisonnier l'occupe 23 heures par jour, y prend son plateau-repas, et sort une heure pour l'exercice dans une salle voisine de gymnastique* où il ne croisera jamais personne. L'environnement est "stérilisé", le client doit se dégrader lentement au moral et au physiologique, comme il en va d'un corps dans un cercueil. La fin n'est pas programmée.

(*) la gymnastique est essentielle pour maintenir les fonctions naturelles du patient.

Croire une seconde que "l'extradition" du condamné vers un système pénitentiaire abonné aux peines limitées (la stricte perpétuité n'existe pas en France), aux remises de peine en cascade, aux grâces du 14 juillet, est puéril. Les Américains qui ont exprimé un jugement de vengeance ne le lâcheront jamais, sauf incinéré dans un seau en aluminium, et en port dû ! Le verdict qui lui évite la peine de mort est "jugé" plutôt soft par l'opinion.

Justement !
Zacarias Moussaoui n'a jamais pu porté la cape à laquelle il prétend dans l'organisation al-Qaïda qui jusqu'au dernier moment l'a ignoré. Les cadres qui ont été ramassés par le FBI et la CIA après le Onze Septembre ont laissé passer le message que le "terroriste" français était un affabulateur, à la limite du connard. Aucun de ces cadres n'a encore été inculpé, ils sont toujours en "traitement" dans la nébuleuse extraterritoriale du Pentagone. Mais il faudra bien un jour que la justice normale se saisisse de leur cas, puisque la Cour Suprême des Etats-Unis pousse dans ce sens. A ce moment-là, devrait apparaître au fil des procès la non-implication du Français mythomane. Mais d'ici-là, il risque bien d'avoir succombé à l'ADX.

La peine de mort était-elle préférable ?
Après la dernière exécution ratée de ces jours-ci, on frémit : 90 minutes d'agonie d'un supplicié qui hurlait que les produits chimiques palliatifs ne lui faisaient aucun effet. On lui a quand même injecté le chlorure de potassium qui vous embarque dans une mort atroce mais normalement courte. Ce ne fut pas cette fois le cas. Pour le détail du mode opératoire, cliquer ici.

Finalement, quelles que furent ses intentions ou ses capacités, Moussaoui n'a tué personne. Il va payer pour son délire. C'est cher quand même !

al-zarqaouiA l'autre bout du monde, un autre malade est en proie à l'agitation mystique. Al-Zarqaoui se confit de plus en plus en dévotions, mime le Prophète dans chaque moment de sa vie et se lamente de ne pouvoir porter les mêmes saints vêtements qu'il imagine étaient portés par son idole. Un marchand de gomme arabique me confiait au détour d'un contrat que les djihadistes grimpent tous la même échelle : d'abord moudjahidine (soldat du rang), puis émir (chef de section), enfin scheik (chef dévot). Zarqaoui rêve de devenir scheik. Son pire ennemi Moqtada al-Sadr, émir de l'Armée du Mahdi des sectateurs d'Ali, y est parvenu.
Moussaoui y croit encore.

2 commentaires:

  1. Ce procès est dans la ligne de la guerre en Irak. Comment l'histoire
    l'interprêtera-t-elle, ne serait-ce que dans cinquante ans ? Comme l'absurdité même d'une puissance qui croyait qu'il pouvait exister un mondialisme de la pensée.

    RépondreSupprimer
  2. Le mythomane vient d'atterrir, et demande qu'on efface le tableau pour tout recommencer : "Parce que je vois maintenant qu'il est possible d'avoir un procès juste, même avec des jurés américains, et que j'ai l'occasion de prouver que je ne savais rien et que je ne faisais pas partie du complot pour détourner des avions le 11 septembre 2001, je souhaite retirer mon plaider-coupable et demander à la Cour un nouveau procès pour prouver mon innocence dans le complot du 11-Septembre".
    Trop tard !

    RépondreSupprimer

Archives steppiques