4 juil. 2006

Expansionnisme latin

armorial finnoisLa Finlande vient de prendre la présidence de l'Union européenne par une déclaration du 30 juin ... en latin ! Ce pays de rennes dont on ignorait jusqu'ici la propension à l'humour a choisi le pied de nez aux "grands et petits véhicules" qui se disputent les prééminences à tout propos.
Que deviendra la tour de Babel quand on aura ajouté aux vingt langues nationales, les autres langues nationales (dire régionales vous expose au TNT) comme le gaélique, le galicien, le basque, le catalan, le frison, le ligure, le gallois, le sarde, le breton, l'alsacien, l'occitan, le corse, le souabe, le limbourgeois, le berrichon, le frison, le same, le thuringien et dix autres, auxquelles vous devez ajouter les langues qui passent comme le tzigane ou le rom, qui s'incrustent comme le yiddish ou l'arménien, et vous saisissez mieux le second degré de la démarche finlandaise.

Voici le bulletin, mieux la bulle, du 30 juin 2006 :
Conspectus rerum Latinus
Finnis Unioni Europaeae praesidentibus in morem venit, ut de rebus ad praesidentiam spectantibus Conspectus Latinus divulgaretur. Anno undebismillesimo (1999), cum Finnia praesidentiam teneret, ille conspectus oculos animosque Europaeorum in se convertit atque multis et benignis commentariis apud eos acceptus est. Quae cum ita sint, Conspectus etiam anno bis millesimo sexto (2006) Latine redigitur. Accedit, quod usus linguae Latinae cultui humano Europaeo honorem habet et de radicibus societatis Europaeae usque ad antiquitatem classicam pertinentibus omnes commonefacit.
[...]
Conspectus rerum Latinus in paginis interretiariis Praesidentiae Unionis Europaeae divulgatur et fieri potest, ut illum etiam in tuum cursum electronicum mittendum mandes. Mense Iulio bis, a mense Septembri usque ad Decembrem mensem semel singulis septimanis redigetur. Mense Augusto pausa erit aestiva. Dies, quo exit, est Mercurii.


La Finlande s'honore aussi d'une station de radio publique entièrement en latin, YLE Radio1. Découvrez son site très complet en cliquant ici. Si vous vous en sentez, vous pouvez participer au forum qui semble très couru en cliquant .

Zoom sur un pays fier et étonnant.
On se souviendra de la raclée qu'ils mirent aux envahisseurs soviétiques en novembre 1939 quand ceux-là se dépêchaient d'appliquer le pacte Molotov-Ribbentrop en courant accaparer les mines de fer scandinaves avant les Allemands. Ce fut la Guerre d'Hiver. chasseurs finnois à skis
L'Armée Rouge forte d'un million d'hommes, qui pensait plier le pays des mille lacs en trois coups de cuillère à pot, laissa pourrir au sol 200000 morts. Staline leur fit cher payer l'affront en arrachant par un traité inégal la Carélie qui se vida de 400000 réfugiés. Le reste est adaptation aux circonstances. La correction essuyée par les Russes fut observée par Hitler et le convainquit d'attaquer cette armée de bric et de broc qui n'avait pu prendre un pays plat de quatre millions d'habitants seulement. L'histoire en décidera autrement, mais le tribut populaire versé à l'incurie communiste restera énorme, vingt millions de morts.

La Finlande, neutre après la guerre mais sous ombrelle soviétique (d'où le terme de finlandisation), se développa loin de la crasse soviétique et accéda au premier rang de l'Europe dans plusieurs domaines dont celui prééminent de la qualité de son Education nationale. Ils nous font aujourd'hui une démonstration de leur classe !

Puisqu'ils les ont battus, les Finlandais disent mieux comprendre les Russes que ne le peuvent les crânes d'oeuf de Bruxelles, et caressent le dessein d'aplanir la question stratégique de l'énergie pendant les six mois de leur présidence. Poutine est un "balte", ça pourrait le faire.
Alea jacta est !

Dernière chose : les habitants de ce pays l'appellent Suomi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques