12 oct. 2006

Érection coréenne

Dear LeaderS.E. Kim Jong-il est au summum de l’érection mentale, le monde entier ne parle que de lui, le soleil ne se couche jamais sur les insultes à son endroit, ce qui doit le faire jouir. Et dire qu’il a fallu pour obtenir cette claque internationale, enfouir une bombe atomique agricole sous une montagne, l’allumer au Zippo et prier la sainte Barbe coréenne que la mèche ne fuse pas !
Ça a marché ! Enfin, les Nord-coréens l’affirment ; d’aucuns, rabat-joie, susurrent qu’il ne s’est agi que de la détonation d’un gros stock de munitions moisies dont il fallait se débarrasser de la façon la plus utile possible.

Qu’importe ! Le monde hurle au charron, même la Suisse se dit prête à vider les comptes dictatoriaux dans le tonneau sans fond des séquestres confédéraux par dessus ceux des hoiries juives vacantes !

Lorsqu’on fait le tour des émotions nationales, on détecte tout de même peu de méchanceté derrière le tapage onusien. Un seul pays veut mettre le paquet, c’est le Japon qui va fermer ses ports et patrouiller ses eaux territoriales ; mais il sera bien seul ! Perçu par ses voisins comme le « mal absolu », l’empire du Soleil Levant n’en finit pas d’abonder aux caisses de développement asiatiques pour se racheter, sans qu’il puisse en espérer aucune reconnaissance. Malgré une menace précisée, cette fois encore il est seul !

Les autres acteurs stratégiques régionaux ont intégré sur leurs épures le feu nucléaire coréen depuis longtemps. Ils viennent juste de cocher une case dans la progression qu’ils ont mis en perspective à partir du moment où Washington décida de couper les ponts avec Pyongyang.
Chacun prémédite l’incinération possible du régime nord-coréen si la menace passait du stade « planante » ou stade « imminente ». La guerre préventive n’est pas une invention Bush-Cheney. Même la Chine s’y est exercée contre le Vietnam arrogant et pro-soviétique de 1979.

Mais jusque là le mieux sera-t-il de … ne rien faire. Tout simplement parce que nul ne sait comment gérer un désastre humanitaire de 23 millions de gens sur un espace de 120000 km² (1/5è de la France). La Chine moins que les autres, qui affronte de redoutables problèmes d’instabilité sociale dans le Dong Bei (ex-Mandchourie).

Par contre la communauté internationale - c’est qui finalement ce collège? - va actionner les klaxons du Conseil de Sécurité à New York et de l’AIEA à Vienne pour nous montrer qu’elle veille !

Entre-temps Dear Leader a décidé de garder sa quatrième épouse pour les fêtes de Noël et de ne passer à la cinquième qu’après le nouvel an lunaire. Il faut dire qu’avec juste une agrégation de piano, il doit s’emmerder terriblement en sa compagnie quand il visionne en boucle les films de Roy Rogers, mais bon, pas tout à la fois !

Armes de la RDPC

1 commentaire:

  1. La nuit dernière, les Etats-Unis ont circulé au Conseil de Sécurité un projet de sanctions excluant l'intervention militaire, et la Chine a insisté pour une solution pacifique.

    On comprend bien pourquoi Téhéran fait des pieds et des mains pour se doter de cette garantie inoxydable qu'est la bombe atomique !

    RépondreSupprimer

Archives steppiques