10 nov. 2006

In memoriam 11/11

l'assaut
Demain nous nous souviendrons de ces armées de singes commandés par des fous, englouties dans la boue des plaines du Nord. Onze novembre 1918 était-il le dernier jour de l'ère de Néanderthal ? Malheureusement non ! Le levée en masse avait fonctionné à une échelle jamais vue jusque là et les peuples avaient subi d'incroyables saignées sans trop broncher. Cela donnerait des idées de massacre aux successeurs. Finalement la boucherie est dans les gènes de l'espèce humaine.

Il ne restera bientôt de témoins de cette guerre "manuelle" que des "documentaires d'époque", des livres, et ces cimetières immenses et impeccables dans leurs alignements de croix. A nul effet.

soldat allemand

Les défis du Monde sont aujourd'hui démesurés et en l'absence de conscience globale, laissent présager de terribles ajustements à opérer par la force.
Le réchauffement climatique absorbera-t-il trente pour cent du PIB mondial pour lui survivre ? Quand les riches sont maigres, les pauvres sont morts. Mais avant cela ils peuvent déclencher une révolution du Sud contre le Nord.
Les pays nantis laisseront-ils entamer leurs réserves énergétiques au profit des empires émergents qui vont être bloqués dans leur développement par d'énormes pénuries ? A moins que l'on ne décide de passer au tout-charbon pour revenir au point précédent.
Le basculement démographique du Nord au Sud obtenu par de meilleures conditions sanitaires diffusées sur des territoires en perte de productivité, sous-tend la migration importante de populations miséreuses vers des espaces nourriciers jusqu'à ce que les équilibres de tous ordres soient atteints. Cela ne se fera pas sans heurts.

Considérons égoïstement que les moyens massifs de destruction dont l'Occident disposait pour maintenir sa priorité d'accès aux richesses sont fortement dévalorisés par les mêmes moyens acquis maintenant par nos compétiteurs planétaires. Dans quelques années nous nous sentirons très menacés et nous remettrons en cause ces valeurs universelles dont nous nous gobergions jusque là, au dépens des droits de l'homme les plus communément acceptés. Nous privilégierons en tout la force, tant qu'il nous en restera.

Les stratèges subventionnés annoncent la Quatrième Guerre mondiale, la troisième ayant été la Guerre Froide gagnée par Reagan et Jean-Paul II. Cette guerre serait asymétrique et peu coûteuse en pertes humaines, trente banlieusards par ci, cinquante chalands de grands magasins par là, pour autant qu'elle n'implique pas d'Etats surarmés, voire nucléaires ; auquel cas elle dégénèrera très vite en guerre totale, mais peut-être limitée. Jusque là nous la supporterons avec plus ou moins de peine selon les succès de nos armes dans de nouveaux Afghanistan ou Irak.

assaut anglais

Mais c'est bien la Cinquième qui fait peur. Ses préparatifs ramperaient déjà sous le tapis des tables de conférences. Elle trouverait ses motifs dans la contestation réciproque du leadership mondial qui laisserait s'affronter l'Empire américain et celui du Milieu revenu. Les acteurs s'y préparent en agrégeant des alliances utiles, parfois incongrues comme celle de la "Route de la Soie" menée par la Chine. Le Japon aurait décidé de ne pas mourir, la Corée doute mais va choisir, la Russie y jouerait sa dernière partie planétaire avant de passer au second rang.
L'Europe est hors-jeu et nous avec. Ce qui en soi devrait nous rassurer, sauf que la crise économique et énergétique sévère que cette guerre provoquerait, balaierait nos sociétés complexes et fragiles laissant derrière elle un incroyable chaos. Reviendrons-nous aux solidarités provinciales voire rurales, excluant les Etats centraux qui auront failli dans leur mission de providence et sécurité ? Ce n'est pas exclu !

WilsonUn gouvernement global des Sages est-il encore possible ? C'était l'utopie de Woodrow Wilson et celle de la Société des Nations.
Le genre humain n'en a pas voulu !

Aux armes, citoyens ! Nous ne mourrons pas de mort lente, n'en déplaise à Georges Brassens. Ceux qui doutent peuvent lire "Bainville's back" sur le blogue interlope et décalé de La Messe en Mer (<- cliquez-là)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques