4 déc. 2006

L'adversaire de mon adversaire ...

Royal et Siniora
La bronca chez les hiérarques du gouvernement éternel contre "le défaut de maturité diplomatique" de madame Royal au Liban semble enfler, autant que les grenouilles qui nous la servent prennent de l'air.
Le plus décevant fut sans doute le ministre de la Défense arguant de la mise en péril des troupes française d'interposition et des agents consulaires du Quai au Liban. Diantre ! Ces grands garçons sont à la merci d'un couac entre la poire et le fromage hallal d'un candidat-voyageur au Proche-Orient, et aucun n'a songé à exiger son rapatriement ?

Madame Alliot-Marie ferait mieux de réserver son ton "pisse-froid-debout" à certain de nos alliés, couvé, nourri, logé aux frais de la princesse parisienne qui a cru bon de surgir dans les fourgons des exilés après les obsèques de Rafic Hariri, pour f... la m... sur notre zone d'effort, à nos dépens. Avons-nous payé le billet d'avion ?

Le général que l'on n'attendait plus - d'aucuns le pensaient mort en France - encouragé peut-être par des rapports de police faisandés, est accouru ramasser les lauriers maronites que les diseuses de la bonne aventure diplomatique lui promettaient.
Raccord avec le dicton "qui va à la chasse, perd sa place" Michel Aoun s'est retrouvé dans le wagon de queue près de la porte qui donne sur la voie, l'obligeant pour exister encore un peu, à faire allégeance au président prosyrien Emile Lahoud et à renforcer l'audience du Hezbollah en se rangeant délibéremment aux côtés de Nasrallah le Divin. Le même Hezbollah qui semble-t-il a piégé madame Royal.

Ceux qui suivent un peu l'affaire libanaise sont à jeun d'avoir capté aucune remontrance des autorités françaises à l'adresse du vieux général fourvoyé chez nos adversaires, à moins que les stratèges du cabinet Douste-Blazy n'expérimentent la théorie diplomatique des deux fers au feu, après voir relu Tintin chez les Picaros ! Voici ce que dit L'Orient-Le Jour de cette alliance monstrueuse (avec des gants, évidemment, le journaliste habite beyrouth !) :

" En optant pour l’épreuve de force, le Hezbollah a pris de gros risques et, depuis vendredi, il joue quasiment avec le feu. De toutes les parties en conflit, il est celui qui a le plus à perdre : sa translation, son déplacement des champs de bataille du Sud vers les ruelles pernicieuses, subversives de Beyrouth pourraient, en effet, lui porter un immense préjudice.
C’est son aura de Résistance pure et dure qui risque d’être éclaboussée, c’est sa « victoire divine » qui risque d’être entachée, profondément souillée. Un dérapage, une provocation, l’irruption d’une « cinquième colonne » réduiraient le Hezbollah à son aspect restrictif de parti chiite en confrontation directe avec la composante sunnite du pays. Les incidents de dimanche soir, à Kaskas et à Tarik Jédidé, en ont d’ailleurs fourni la dramatique illustration.
Et ce n’est certainement pas la couverture chrétienne assurée par le général Michel Aoun qui lui évitera de tomber dans les ornières du sectarisme, cette même couverture ayant divisé les rangs chrétiens et créé des rues antagonistes."
(chronique de Nagib Aoun du 4.12.06)

Merci donc à celui qui le même jour braille dans le style de Hugo Chavez pour démettre le gouvernement Siniora soutenu par la France et les Etats-Unis : « Le caractère de légitimité ne peut être conféré au gouvernement que par le peuple du Liban et non pas par le soutien des États-Unis, de l’Égypte, de l’Arabie saoudite, de la France ou n’importe quel autre État ».

Nasrallah-Aoun coalition
Commentaires du Quai d'Orsay ? No commentaires, nos treize chars Leclerc sont dangereusement exposés, mais cette fois, à la partie adverse !
Madame Royal n'a pas pensé à visiter Aoun le sage qui couche avec ceux qui préparent l'incinération de l'Etat hébreu ! Elle aurait été applaudie par notre droite nationale et prébendière.
Pour le moment les prosyriens font une sorte de révolution orange en plein Beyrouth, sit-in, marathon, concerts, en espérant que le plus grand nombre prenne le parti de rire des malheurs du Liban et que la querelle en reste là jusqu'au dénouement politique !

Pour une exégèse complète (mais un peu complaisante) du Hezb, cliquer sur la photo de Nasrallah ci-dessus.

2 commentaires:

  1. l'ermite du gave04/12/2006 21:32

    reste que madame royal (je ne me ferais jamais à ce nom) a légitimé par sa visite et le chef et les idées de ce mouvement qui proclame sa volonté de détruire l'état d'israel et ceux qui y vivent.
    on attendait mieux d'une candidate à la présidence de la république.
    il est cependant possible qu'elle l'ait fait exprès de façon à retourner rapidement en poitou-charente où la diplomatie requiert moins de doigté

    RépondreSupprimer
  2. C'était je crois une visite parlementaire et comme les Chiites sont au parlement ...
    Le fait est qu'en Israël on s'est contenté d'en faire la remarque sans en faire un fromage.
    Ont-ils du fromage les Hébreux ?

    RépondreSupprimer

Archives steppiques