19 déc. 2006

Le panier percé de Hollande

Les books de Londres donnent Royal en tête.

Le patron de la Société Générale "disait" sur ce brûlot il y a peu que la Dette abyssale ne pouvait être entamée que par la compression des dépenses, ce qui aboutirait fatalement à moins d'Etat quelque part. C'est bien ce que veulent combattre les tenants du tout-état comme monsieur Hollande, qui proclame que "son" gouvernement abolira toutes les réductions d'impôts consenties par la Droite, dès qu'il sera élu première dame de France. Parce qu'il va bien falloir trouver de l'argent pour amuser le bon peuple des couillons au moins la première année du quinquennat Royal ! Et comme les caisses sont raclées, le Trésor devra emprunter sur les espérances de rentrées futures améliorées. On continuera les traites de cavalerie. Ceux qui ont du bien prendront le train.

Jean-Philippe Smet qui n'a pas inventé l'eau chaude mais contribue à l'établissement social des voyantes, part à Gstaad. Lassé de presque cinquante ans de lourdes contributions au déficit républicain, il jette l'éponge pour épargner ses enfants. Ces contributions sont à l'évidence appelées à s'aggraver dangereusement quelque soit le Dépensier élu, puisque de toute façon ces gens-là ne gèrent pas leur propre argent dans leur fonction, mais des masses budgétaires anonymes et scripturaires. Qui payant autant d'impôts que monsieur Smet oserait l'en dissuader ?
Sur la même page de nouvelles, madame le ministre Alliot-Marie qui n'a plus un kopek dans son budget, décide de prendre en charge la modernisation de l'aéroport de Douchanbé ... au Tadjikistan ! On notera l'agacement pour la forme du président de la République devant le comportement d'émigré fiscal de la rockstar nationale, lui qui n'a rien payé de sa poche mais tête le sein de Marianne gratis pro deo depuis des lustres.

Une fortune française émigre chaque jour du territoire fiscal français. Bien plus si l'on prend en compte les "fortunes-espoirs" qui s'enfuient avec leurs bonnes idées. La gabegie publique est patente, la société malade et ouverte à tous les mauvais coup, et le docteur annoncé par les instituts de sondage, ressemble de plus en plus au joueur de la flûte à rats.

Les jeunes gens qui se disputent à droite l'héritage du cacique corrézien, en refusent le passif, même s'ils sont mouillés jusqu'au ventre. Bien sûr, les mauvaises conditions faites au peuple seraient l'effet d'une sorte de météo défavorable. Comme il se doit dans cette pseudo-science, on ne prévoit pas si loin que le calendrier des Postes. A chaque jour suffit son bulletin, on prend ou pas le parapluie dans l'entrée avant d'ouvrir la porte de la rue. La moindre embellie budgétaire se transforme en cassette à dépenser, la moindre contrariété un simple revers de conjoncture, puisque demain ça ira mieux.

Les SDF ? Sujet de saison chaque année depuis quinze ans au moins. Il y a plus sûr que les tentes bleues qui couvrent tout Paris, chère Médème, "on a des hébergements en nombre" persifle Villepin. Dans les Ardennes, Sarkozy fait écho en s'adressant à la France qui souffre, et dit non à la capitulation morale (rmi), non à la capitulation sociale (clandestins). Quand se décidera-t-il à dire non à la capitulation politique ? Et à appeler le chat Hollande un apôtre du pire, et le chat Chirac un crevard adroit ?
Il devrait sortir maintenant du gouvernement pour être crédible et dire son fait à l'emplâtre national. Serait-ce une question de courage ?

le consortHollande lui n'en manque pas dans le camp de la démolition. Villepin avait-il eu si tort d'agresser personnellement le premier secrétaire du Parti socialiste à l'Assemblée, pour le torpillage du CPE destiné aux Quartiers ? Au motif de basses manoeuvres politiciennes et pour mettre quelque chose dans l'assiette des militants, le staff avait fait monter les étudiants bourgeois contre les bénéficiaires de la mesure, malheureux incapables d'atteindre aucun cursus en faculté.
Mais les "racailles" leur avaient piqué portables et iPods sur l'esplanade des Invalides ! Quelle image ! Et aucune exploitation politique de ce cornecul socialiste ne put être faite, le locataire de l'Elysée étant passé sous la table, puisqu'on n'avait plus rien à Baden-Baden.

Le même premier secrétaire, raide dans ses pantoufles, avait en son temps empêché Jospin de réformer les retraites, et va-t-il s'insurger demain contre l'examen des régimes spéciaux, qui sont une des hontes de notre modèle social.

Hollande c'est monsieur "Non" d'un côté et "Toujours-Plus" de l'autre.
Finalement ça nous changera des "pièces jaunes".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques