13 déc. 2006

Les Yvelines décapitées

Les caciques de l'UMP écopent de 6 ans et demi de prison, 350000 euros d'amende et 13 ans de privation des droits civiques. C'est le tribunal correctionnel de Paris qui en a décidé ainsi à l'issue d'un procès de corruption particulièrement discret. Il est vrai que pris dans le vent du juge Courroye ils avaient peu de chance de jouer au "c'est pas moi c'est l'autre".

Le pompon est pour le vizir de Poissy, hier premier adjoint à qui l'on aurait donné le bon dieu sans confession, Gilles Forray, qui décroche 5 ans de prison, 150000 d'amende et 5 ans de mise au pilori républicain.

Son Excellence Masdeu-Arus, maire multifonction, de Poissy également, prend 3 ans de prison, 150000 d'amende et 5 ans de pilori.

Le monsieur Jourdain de la pièce est l'ancien ministre des murs de prison, Bédier, qui prend 18 mois, 50000 euros d'amende et 3 ans d'éloignement des prébendes.

La centrale de Poissy affichant complet, les condamnés bénéficient du sursis. Finalement il n'y eut que Carignon à se doucher à l'eau froide pour le même motif. Tous les autres ont eu un billet de leur maman et portaient une cravate à l'audience.

Le trombinoscope des prévaricateurs accompagne leur CV afin que les générations montantes sachent qui peut pousser les portes dorées de l'enfer démocratique.

Pierre BédierLe plus haut parvenu et le plus beau gosse, président du Conseil général des Yvelines, est monsieur le ministre Pierre Bédier.
Né en 1957 dans la bonne ville de Mont-de-Marsan, il entre au Conseil régional d'Ile de France en 1992, au scrutin de liste ; et prend le siège de député de la 8ème des Yvelines en 1993, réélu depuis.
En 1994 il entre au Conseil général du département des Yvelines. Porté par le système des cumuls il prend la mairie de Mantes-la-Jolie en 1995. C'est le prototype du cumulard heureux puisqu'en 2002 Jean-Pierre Raffarin le prend comme secrétaire d'Etat à la construction pénitentiaire.
Devant éclaircir le bois il choisit de couper la mairie de Mantes. C'est ce qui l'a peut-être perdu.
Il libère le pupitre 183 au palais Bourbon.

Masdeu-ArusLe plus ambitieux est sans doute l'inénarrable imperator de Poissy, Jacques Masdeu-Arus, grand bâtisseur devant l'éternel et Ahura Mazda. Le ci-devant claviste a vécu l'érection de la place à sa gloire au centre de la Ville, c'eut été pain béni pour les studios Chaplin si "Le Dictateur" avait vécu jusque là.
Né sous l'Occupation à Paris, il entre au conseil municipal de Poissy en 1981, et au Conseil général des Yvelines en 1982. Il prend le fauteuil du maire en 1983. Parcours classique des cumuls. Son Infinitude décoche la 12ème des Yvelines en 1986 et c'est sa couronne de lauriers. Des petits ils en ont déjà.
Il libère le pupitre 266 au palais Bourbon et le socle au centre de la place de Poissy.

Gilles ForrayLe soutier est celui qui est le plus lourdement chargé. Gilles Forray, chargé des appels d'offre à la ville de Poissy, fut-il la cheville ouvrière de cette corruption ? Le dossier Courroye qui totalise 1300 000 Francs d'enveloppes a convaincu les juges sur témoignages visuels directs. Sa compagne a payé de sa vie le stress de la garde à vue en 2003. Il était conseiller général des Yvelines. Il va couler des jours difficiles car sclérotique, dans sa maison de Marrakech, qu'il a gagnée au stand de tir de la Fête des Loges.


L'UMP va devoir redéployer son dispositif sur les Yvelines pour les prochaines législatives de juin 2007, en essayant de faire comme si de rien n’était. Carignon, Donnedieu de Vabres, Juppé et d’autres ont survécu. Leur parti ne fut jamais égratigné. Quand on pense à la dérouillée que prennent les représentants des démocraties anglo-saxonnes, on peut douter de la santé morale de notre démocratie.

L'électeur blasé tiendra-t-il compte de ces évidences de pourrissement de la classe politique ?
Peut-être même pas ! Tant qu'il y a le sursis, la peine n'est pas lue comme sérieuse par monsieur Toulemonde qui y voit le tirage d'un mauvais numéro dans le seau des pochettes-surprises de la Justice, en application de la morale de la fable "selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir".
La lutte contre la corruption ne commencera à porter que lorsque le sursis sera interdit en toute qualification pour les représentants es-qualité du peuple-souverain.

1 commentaire:

  1. Les trois élus condamnés mardi viennent de faire appel, as usual.
    L'appel est suspensif !

    Reviendra-t-on sur les sursis en jugement d'appel ?

    RépondreSupprimer

Archives steppiques