15 janv. 2007

Sarkozy plie mais ne rompt point

Sarko le Bon


Le sémillant hongrois, fils de pauvre immigré nous apprend-on, a fait colossal pour son intronisation dans le monde des survivors. Quel chemin parcouru depuis "l'assassinat du père" ! C'était déjà une affaire d'immigrés. Cette fois-là, un turc.

Au diable désormais la rupture tranquille, tous ensemble-tous ensemble, nous partagerons le gâteau si le gogo veut bien. Et il a l'air ferré le couillon !
Ce ne sont pas les occidentés libéraux de son staff qui pourraient faire une remarque sur la dérive oecuménique du candidat préélu sur sa gauche, eux qui ne sont là finalement que pour becqueter sous les ors des palais promis.

Si Dieu lui prête vie sur les passages cloutés de la politique au jour la nuit, il a une chance de pousser la grille du coq au bras de Cécilia dans quatre mois. Je ne vous dis pas le raout d'inauguration de son premier quinquennat. Le sacre de Napoléon fera très souk fleuri à côté de ce que nous réserve la cérémonie de sept heures au moins, qui débutera aux Invalides par un hommage à l'empereur dans le porphyre, pour s'achever au troisième étage de la tour Eiffel, où sera lu sur les ondes nationales le premier ordre du jour de sa béatitude Sarko le Bon !

4 millions de dollars auront été dépensés hier pour cette manifestation grandiose à sa propre gloire puisqu'il n'y avait pas d'autre enjeu que d'en mettre plein les yeux de sa femme, lui garantissant ainsi son bon choix pour l'avenir. On n'ose prédire ce que coûtera la suite pour désintéresser la concurrence.

Loin des sirènes de police, le staff de communicants de la dinde de Pékin lui avait conseillé de faire petit et proxime en contrepoint du sacre. Ce fut réussi.
Les animaux de la basse cour poitevine ont tout compris. Bien mieux que les journalistes attachés à ses basques qui guettent ... l'idée. Comme les vaincus d'hier d'ailleurs. La dame ne dit rien, n'entend rien, ne sait rien, mais voit tout. DSK, Fabius et quelques autres ont désormais la conviction intime de l'être fait mettre par ce gros bouffon de Hollande, bien plus fine lame que supposé. La preuve en creux, l'hommage muet de Jacques Chirac lors de ses adieux à la Corrèze, qui dans l'appel des personnalités à ouïr son dernier discours, a placé M. le député-maire de Tulle en tête.

Si on ajoute dans le panorama électoral la bronca des gaullistes canal historique emmenés par Debré, et des néo-gaullistes souverainistes comme Dupont-Aignan qui claque la porte du grand parti, que les Chirac votent Royal semble désormais plus que possible ; du moins serait-ce la signification de cette "erreur" de protocole.

Le buffet campagnard de Ségolène Royal à Melle a réuni les producteurs de chanvre qui ont entendu l'annonce de la dépénalisation prochaine :
" Je suis dans cette France respirante qui redonne des forces parce qu'elle est authentique et tournée vers l'avenir".
Ce n'est pas subliminal.


chanvre

1 commentaire:

  1. l'ermite du gave05/02/2007 23:15

    l'ermite d'aujourd'hui devrait vivre comme ses prédécesseurs, sans télé.
    ça lui aurait éviter de voir le niveau consternant (le mot est faible)des questions posées au candidat sarko par un panel "représentatif" de la société française: en comparaison, le café du commerce est un cercle politique de haut vol.
    de gaulle aurait dit "les français sont des veaux".
    avec le temps, ils sont sans doute toujours des veaux mais ils sont, en plus, devenus cons.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques