20 févr. 2007

Tu Quoque Jean-Paul !

Delanoe et Huchon en campagne
Six mois de prison avec sursis, 60.000 euros d'amende et un an de privation de droits civiques et civils, donc inéligibilité.

Le tribunal a jugé que le président de la région Ile-de-France "a fait prévaloir un intérêt personnel sur l'intérêt général dont il est pourtant le garant en sa qualité d'élu". "En agissant de la sorte, il a porté atteinte à l'indispensable devoir d'impartialité que doivent présenter les élus dans l'attribution des marchés publics et la gestion de la collectivité, semant ainsi inévitablement le doute sur son objectivité à défendre exclusivement l'intérêt général, corollaire de sa légitimité".

Prouvant une fois encore que rien ne peut être reproché à la femme de César, le tribunal a également condamné son épouse à quatre mois de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende pour "recel de prise illégale d'intérêts" : il n'y a donc plus de César !

Ainsi du jour au lendemain, le sympathique et rondouillard président, autrefois successeur, à la marie de Conflans-Ste Honorine, de Michel Rocard dont il fut chef de cabinet, passe dans le camp des repris de justice ! Ils sont amortis depuis belle lurette les Saint-Just tempétueux du P.S.U. !

L'interjection d'appel ne rendra pas son honneur à l'énarque dévoyé car il a été condamné par un tribunal régulier qui n'avait aucune raison de lui en vouloir particulièrement. La lecture des minutes du procès comme celle des réquisitions du procureur est affligeante, et la défense pitoyable, pour qui connaît le fonctionnement de services budgétaires.

On peut s'étonner que des gens supposés avertis ne puissent résister à la tentation de se servir sur les caisses publiques. Eut-il volé cent millions qu'on lui eut reconnu le panache d'Arsène Lupin faisant du trapèze volant sous les voûtes de l'institution. Mais gratter sur les courses comme une employée de maison de l'avenue Foch, les déclasse au rang des gagne-petits.
Le tribunal ne voulant pas l'accabler, a passé l'éponge sur l'embauche de madame la présidente au cabinet de monsieur le président. Qu'ils gardent un peu de sous pour régler les amendes, s'est-on dit.

Sa carrière politique est terminée.
Il faut être une carrure comme Juppé avec beaucoup d'angles vifs pour ressusciter de l'opprobre. Le pauvre Huchon n'a pas d'angles pareils. Il n'aura d'ailleurs laissé pas beaucoup de son passage consensuel à la présidence de la région, même pas le bouclage de la Francilienne que le ministère des Transports, lassé par 20 ans de disputes, fait passer sur ... (devinez où ?) ... Conflans-Ste Honorine ! Ville dont il est toujours adjoint au maire ! Comble de l'impuissance ou vengeance politicienne ? Chacun choisit selon son camp.

Aura-t-il le front de précéder le prochain cortège de manifestants contre l'A104 sur le pont de Conflans, et ce faisant, marcher contre sa propre incurie ? A 60 ans, l'âge de la retraite, il ne lui reste plus que l'exercice au grand air pour se tenir en santé, car ses mémoires n'ont sans doute pas grand intérêt tant il semble avoir dormi.
A moins qu'il ne fasse à son tour dans le croustillant des arcanes de la république, hi hi hi !

Après Masdeu-Arus, Bédier, Huchon, les Yvelines se distinguent.

Avez-vous remarqué que les élus condamnés sont toujours sursitaires ? La raison m'en échappe, mais je ne suis pas juge.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques