13 févr. 2007

Un chameau pour Davos

©2006 Keith Mellnick
Gourbangouly-Berdymoukhammedov ! Ce n’est pas le cri de dépit des Schtroumps, mais le nom du futur président du Turkménistan. Douste-Blazy n’a pas de pot. L’an prochain, le nouveau père des Türkmènes ira à Davos rien que pour harasser le protocole orthophonique chargé des annonces et plaques de conférencier.
Dommage que le défunt Turkmenbashi n’ait pas été dépêché plus tôt dans l’autre monde, celui-ci aurait entendu cela :

« La Chine, miracle économique du monde, continue son expansion à 10% l’an. Que surviennent même quelques retours de flammes, ses marchés financiers sont si larges et profonds qu’elle s’est immunisée contre la mauvaise gouvernance, et les surmontera. »
A quoi le vice-président Zhu Min, de la Bank Of China, répond :
Je suis inquiet, très inquiet des déséquilibres de l’économie mondiale du fait que l’Asie produit plus que jamais les biens consommés par les Etats-Unis qui creusent un déficit commercial gigantesque chez le premier moteur économique du monde, déficit que la même Asie éponge en acquérant de plus en plus de bons du Trésor américain. Cette culbute est particulièrement sensible avec la Chine qui détient un trillion de dollars en réserve et en engrange deux cent milliards de plus chaque année. Nous allons au devant de problèmes graves [de crédibilité des bons, ndlr]. Pour les éviter, le Trésor américain doit favoriser l’épargne aux dépens d’une consommation interne échevelée. Mais le pire sont les Hedge Funds et autres produits financiers à levier qui brassent une montagne d’argent huit fois plus importante que l’économie mondiale totale ! La sur-liquidité dans ces proportions est mortelle. Les gens ne voient pas les risques que nous prenons ».
On croirait du Greenspan, Alan pour sa chaisière.

En contrepoint, tous les sondages effectués parmi les responsables présents, indiquent qu’ils escomptent une bonne croissance de leurs propres revenus cette année, et que les bruits de bottes signalés par les géopoliticiens les émeuvent moins que le yo-yo des matières premières qui brouillent leurs prévisions. Finalement, on gère le court terme, on fait de l’argent autant que possible le plus longtemps possible, le krach n’est pas écrit d’avance !
S’il survient, ce sera l’affaire des politiques ; d’ailleurs ils sont tous volontaires, non ?

Alors inutile de chercher des analyses sur le transfert du centre de gravité mondial de l’Atlantique vers le Pacifique. C’est une histoire à vingt ans, déjà intégrée dans le paysage. On ira alors s’installer à Shanghai. Ici on parle cash !

Quoiqu’on pense de cette négligence affichée, on ne peut ignorer que c’est à Davos que se décident les tendances économiques et monétaires de l’année. Si les Français veulent peser de leur génie propre, ils devraient y aller plus nombreux et y rester tout le temps du forum au lieu de rentrer dare dare la photo faite ; et éviter aussi d’emmener les ministres qui n’ont plus aucun pouvoir chez nous, tout ayant été sous-traité à Bruxelles, Londres ou Francfort ; ça fait rire.

Gourbangouly-Berdymoukhammedov s’en fout, il a une capitale flambant neuf avec shopping malls, palais, mosquées, fontaines, autoroute et mémoriaux à la gloire de son regretté prédécesseur, et des troupeaux de chameaux immenses à ne plus voir l’horizon. Mais il viendra en Suisse, promis !

©2006 Keith Mellnick

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques