30 juil. 2007

Présidentialisation

4è anniversaire à Bagdad
Le dossier "Moyen Orient" du Figaro de ce jour ne laisse d'aiguiser ma perplexité. Pleine page 2, "Cet islam rigide que les Indiens rapportent des Emirats". Pleine page 3, "Washington arme les monarchies face à l'Iran". La monarchie séoudienne et les monarchies maritimes y sont qualifiées d'états arabes modérés ! A l'exception du Qatar où le souverain est un parfait "despote éclairé", paternaliste et bienveillant, les autres états de la zone sont sous le contrôle de l'islam wahhabite et la modération dont on les affuble n'est pas exactement palpable dans la réalité quotidienne, comme le montre l'article de la page 2.

Les analystes américains climatisés se défient de la tentation irrépressible des Iraniens à aboutir sur leur projet de bombe atomique, le beau succès du "Dear Leader" nord-coréen les ayant définitivement convaincus de la valeur dissuasive d'un simple bombe rustique, dès lors qu'on peut la laisser tomber sur l'une des brigades de combat américaines stationnées à proximité.

Embourbés en Irak comme jamais ils ne le furent nulle part depuis le Vietnam, les gens de Washington cèdent au lâche soulagement de passer le front nucléaire aux acteurs régionaux les plus menacés, armant ce faisant la mince couverture légale de leurs pires ennemis. Tous les terroristes proviennent de la zone, sinon y ont été "convertis" avec la bénédiction des institutions islamiques officielles. La pépinière des jihadistes qui mèneront la quatrième guerre mondiale tant attendue par la presse enthousiaste, est là !

Pour calmer l'émoi d'Israël, le Pentagone accroît d'un quart son soutien en équipement militaire avec ce qui se fait de plus high-tech en contrepartie du surarmement des Arabes. Le Hezbollah devra se tenir tranquille, les bombes de perforation américaine pourront les excaver à coup sûr.

ane lutinIl reste 18 mois au président le plus bête et sympa de l'histoire des Etats-Unis pour épandre largement le combustible d'un embrasement général du Moyen Orient d'ici son engloutissement dans les WC de la démocratie américaine. Elle se régule chez elle conformément au modèle déterminé par les pères de la nation, mais laisse au dehors du territoire de l'Union tous les ferments de son impéritie. La question à 20 dollars : "le présidentialisation d'une démocratie est-elle souhaitable ?". Si vous avez un champion médiatique transmuté en âne politique, le système le jettera naturellement, mais il n'y a aucune fonction "annuler" dans le logiciel politique présidentiel, pas plus que l'obligation de "laisser le monde en sortant dans l'état où vous l'avez trouvé en y entrant".

Nous assistons chez nous à la promotion d'un système présidentiel qui renoue avec l'imperium gaullien. Le veau national s'en réjouit depuis qu'on lui explique que cette époque fut celle de la grandeur de la France et des "trente glorieuses". Foutaises, grandeur, la taille du général ! De ce qui n'est ni de fonte ou de béton, rien n'est resté de cette époque que le souvenir d'une ingérence tous azimut sans nul bénéfice économique pour le peuple. On appelait cela "les discours" ; Montreal, Phnom Penh et tant d'autres à commencer par le célèbre "Je vous ai compris".

Villepin aurait bien voulu enfiler le pardessus - il a écrit des tonnes pour se placer chez l'intelligentzia - mais s'est fait prendre pour un vol de mobylette. Le second choix qui accéda en mai au Fort de Brégançon, a jusqu'ici présidentialisé surtout la communication du gouvernement, de manière professionnelle il est vrai. Aucune décision dommageable n'est actée pour l'instant. Les sponsors veillent au grain. Il faut dire qu'avec les moyens budgétaires limités que lui laisse l'oligarchie, il ne peut pas faire de connerie grave !


Avis au lecteur :
AvisLa rédaction dans le souci permanent du confort instructif de son lectorat distingué a installé la BLOGBAR dans la colonne de droite de votre blogue favori. C'est un outil de recherche puissant piloté par les meilleurs moteurs. Il suffit d'entrer dans la case ad hoc le mot-clé et le widget va vous offrir un choix d'articles pertinents.
Vous pouvez lancer la recherche sur les archives de Steppique Hebdo ou sur tout le Web. Utile pour retrouver une idée aperçue ici il y a plusieurs mois ou même dans les débuts de cette aventure éditoriale !
A+
NDLR - 30.07.07

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques