30 août 2007

No pasdaran !

iran mob
Dans son récent discours aux ambassadeurs de France (cf. Royal-Artillerie) le président de la République a refusé la bombe atomique au président Ahmadinejad pour éviter d'avoir à la lui mettre sur la g... !
Le choc des mots, le poids des photos, Speedy Gonzales n'en rate pas une et en l'espèce il a bien raison.

D'autant que ce pays a ses charmes et que ses filles sont jolies. Stéphane Bern qui a connu la princesse Soraya, mais pas connu selon le Livre quand même puisqu'il refusa au dernier moment de sauter l'obstacle, ce qui lui fit un grand trou de souvenirs, Bern donc témoignait en confidence que ce serait très dommage.
D'autres explorateurs des cours persannes sont du même avis.

Que les towelheads de Qom lancent leurs chiens de guerre à l'assaut ... des jeunes filles qui laissent passer une mêche décolorée sous le voile réglementaire est acceptable dans un pays d'éjaculateurs précoces, mais que les mêmes brigades raflent les garçons qui se vêtent à l'occidentale, marchent en Caterpillar vernis, rasent leurs joues pour faire propre, et nouent occasionnellement cravate ou lavallière autour du cou pour faire romantique, est la marque la plus ordinaire de la théocratie triomphante.

Les Qaïdistes ont prôné la charia chez les Sunnites irakiens qui ont fini par les enterrer profond dans les sables du désert, et par imitation de leur voisins persans les factions ennemies des compétiteurs chiites en ont fait de même dans leur camp jusqu'à se faire vomir et provoquer l'Exode. La "Rue arabe" commence à la trouver encombrée "sa rue" d'une palanquée de connards moyenâgeux qui n'ont pour toute culture que la brutalité de leurs éructations invoquant un prophète qui pleure d'être aimé par des cons (merci Cabu) !

N'imaginons même pas le sort qui serait réservé à Téhéran aux gays du cru. Des bûchers par centaines, à nous faire défiler sous les ambassades persannes au cri berlinois de "nous sommes tous de la jaquette iranienne".

Un régime qui montre à ses étudiants une carte du Moyen Orient en disant de chercher l'intrus, qui revendique sa future joie à l'éradication de l'Etat hébreu, qui finalement n'en rate pas une pour nous être désagréable, ne peut se voir concéder la possibilité de s'armer du feu nucléaire, à moins que nous n'ayons calculé que dans quinze ans la région sera venue à puits secs et que sa vitrification reste dès lors une possibilité ouverte qui règlera le conflit religieux latent.

Des âmes optimistes prédisent régulièrement que l'exercice de la démocratie, même altérée, est défavorable au parti du président-pasdaran qui perd régulièrement des élections de différent niveau. Ils ne peuvent pas dire que la démocratie iranienne est un théâtre de Guignol destiné à amuser un peuple lassé de presque trente ans de Connerie en Bottes de fer. Qu'importent les résultats des élections, elles ne sont là que pour battre la mesure d'une vie politique atone. D'ailleurs comme le disent les anarchistes de chez nous, "si les élections avaient pu changer quelque chose, il y a longtemps qu'on les aurait supprimées".

Tous les acteurs importants du Moyen Orient sont sur la même ligne que l'Occident par crainte d'une prolifération du cancer nucléaire à des pays encore moins sûrs que l'Iran, l'Arabie Séoudite par exemple, qui franchit elle-aussi quotidiennement le mur du çon wahhabite.

Et que prédire des exigences futures d'un pays qui a inventé le bazar si nous négocions des contreparties à son assagissement ? Il en faut des fils pour tisser les tapis, et bien du temps pour le défaire. Combien faudra-t-il attendre pour obtenir récipiscence ?

Le résultat des prochaines élections présidentielles américaines.

NO PASDARAN !



pasdaran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques