26 sept. 2007

Rouillan dehors !

Rouillan en pleine formeAinsi Jean-marc Rouillan comme Nathalie Ménigon il y a quelque temps, va profiter d'une sorte de liberté de mouvement à Marseille. Vingt années aux fers sans avoir égorgé la chiourme de l'Establishment, si ce n'est pas la preuve de la réinsertion possible, reste un bon point pour qui fut l'ennemi n°1 de la République. Normalement c'était la "perpète". Mais c'est un "écrivain". Le président Sarkozy par la voix du Garde des Sceaux Dati a donc commué. Reste à traiter la question politique ? Surtout pas !

Normalement les crimes politiques d'ampleur ne sont absous que par la victoire de ceux qui les perpètrent. Les exemples sont trop nombreux pour n'en citer qu'un. C'est bien d'ailleurs le schéma mental des terroristes d'Action Directe - quel joli nom dont le pouvoir de rupture actuel ne peut user! - qui soutenait leur combat, comme dans une certaine mesure celui de tous les résistants armés du monde et de Navarre.

Vous rêvez d'abattre un régime qui vous exploite, vous et les vôtres, si vous avez du caractère vous finissez par attaquer les petites vieilles devant la Poste pour gagner le numéraire nécessaire à l'emprunt d'une Sten. Oui, et pas autrement, sauf à faire la pute près des distributeurs automatiques d'argent frais depuis que les banques sont à sec. Cela n'est qu'expropriation prolétarienne. Les ruraux du lectorat steppique qui souhaitent découvrir le roman de chevalerie d'Action Directe peuvent cliquer ici, cette encyclopédie en vaut une autre.

Que le combat ait été perdu n'autorise pas les éternels ligueurs de la Gauche à pétitionner pour une libération humanitaire des terroristes, même psychopathes, ceux-là n'ayant jamais montré aucune humanité, tant dans le choix des cibles (ils ont flingué les alibis de l'oligarchie régnante et jamais un oligarque) que dans l'exécution des peines auxquelles ils les condamnèrent.

Les victimes d'innombrables attaques sont légion.

Et les morts sont :

- Hubert Guy, brigadier de police, Lyon 1980
- Delrieux Henri, convoyeur, Caluire 1980
- Chahine Gabriel, indicateur de police, Paris 1982
- Anonyme, agent de police, Paris 1983
- Anonyme, agent de police, Paris 1983
- Delfosse Guy, général de gendarmerie, Lyon 1984
- Audran René, ingénieur général de l'Armement, La Celle-St Cloud 1985
- Basdevant Marcel, inspecteur de police, Paris 1986
- Besse Georges, fondateur d'Eurodif, Paris 1986

Pas un seul des trois cents familles !

Finalement Rouillan est le seul à s'en sortir avec le sourire. Les autres sont morts prématurément, soit fous, soit toujours incarcérés. Ca aide l'écriture !

banderole soviétique

1 commentaire:

  1. Spéciale Dernière :

    Le Parquet fait appel !
    Il y avait de la friture sur la ligne de New York ...

    RépondreSupprimer

Archives steppiques