26 oct. 2007

Chevy le munichois

Ali KhameneiDans Le Figaro de ce matin, Jean-Pierre Chevènement que l'on croyait disparu, prend la pose de Daladier pour nous refaire la conférence de Munich. Plutôt que de menacer l'Iran d'une guerre si les mollahs continuent leur marche à la bombe atomique, il nous recommande de négocier, négocier toujours, négocier encore !

Extrait de son article Non à la logique de guerre avec l'Iran :

"... Les Européens doivent donc poursuivre les discussions avec les autorités iraniennes afin que celles-ci s'engagent solennellement et publiquement à accepter tous les contrôles de l'AIEA, et notamment les formules permettant d'interdire un enrichissement de l'uranium au-delà du seuil de 5 % (il faut atteindre 93 % pour un usage militaire).
La France servirait mieux la paix et ses intérêts à long terme en oeuvrant dans ce sens plutôt qu'en tentant de prendre la tête d'une campagne européenne en vue d'imposer à l'Iran des sanctions en dehors du cadre de l'ONU, pénalisant ainsi ses propres entreprises ... "


Négocier avec les mollahs et les pasdarans, nous menaçant en permanence de représailles terroristes par la voie officielle qui plus est, et convaincus de fournir les Chiites irakiens en dollars et dispositifs détonnants improvisés, c'est nouveau ça vient de sortir. Même Alexandre Adler qui connaît le Baazar comme sa poche, en doute. Mais pas Chevènement qui nous montre, le pôvre, les signes d'un gâtisme avancé. Normal pour un munichois faible des anévrismes.

JP ChevènementSon billet d'une demi-page est enrobé de la saccharose nécessaire à la déglutition par le parti couard de France en dénonçant les "intentions" de Paris : atlantisme coupable, rupture de la politique musulmane du Quai d'Orsay, mise en péril d'Israël (sic), perte de contrats juteux, tout est bon pour se coucher et refuser les sanctions en se mettant dans le camp sino-russe ; du défunt CERES il reste toujours quelque empreinte mentale.

Les accents gaulliens de JPC masquent mal sa pusillanimité quand il fut en charge de la Défense lors de la première guerre du Golfe, où il prit le parti de Saddam Hussein, et abandonna son poste en rase campagne. Cette posture nous ferait croire à un modèle prestigieux dont il est à cent lieues. Quand le président De Gaulle reçut les photos des missiles soviétiques à Cuba, il confirma son soutien sans réserves aucunes à l'ambassadeur des Etats-Unis quoiqu'il puisse arriver dans les jours suivants. Le président Mitterrand en fit autant dans la crise européenne des missiles SS20 en se rangeant sans barguiner aux côtés de notre allié de référence. Mais quand l'AIEA, dirigée par un égyptien, de ce fait très sensible aux comportements du Moyen-Orient, met en évidence un projet avancé d'armement nucléaire ; quand celui-ci, discret jusque là, est confirmé officiellement dans un accès de vantardise par les mollahs iraniens, il faudrait discuter le bout de gras indéfiniment avec ces gens-là pendant que les centrifugeuses tournent, pour ne pas s'aligner sur les Etats-Unis ? Comme si cela était un péché. Il n'est pire péché que celui d'être sot* quand on détient une parcelle d'influence !
*(interchangeable avec un autre attribut de trois lettres)

Mahmoud Ahmadinedjad
Ce que monsieur Chevènement ne veut pas savoir, c'est que toute la nomenklatura basji et pasdaran est immergée profondément dans le bizness depuis l'avènement d'Ahmadinedjad à la présidence de la République islamique, et ce en compensation du faible pouvoir de la fonction instrumentalisée par les marionnettistes de Qom. Des sanctions internationales sévères, prises en dehors de l'ONU où la Chine et la Russie les bloqueraient, nuiront gravement à la santé financière de la caste et de ses enfants. Le nationalitarisme de coeur ne franchira pas le cuir du portefeuille. Ceci rajouté à la crise économique qui ravage le pays et diffuse un très vif mécontentement dans toutes les strates sociales civiles qui ont déjà franchi le seuil de l'émeute, laisse penser que cette pression n'est pas idiote.

Cartoon Cox & Forkum de 2004 déjà :


Lazare de Belfort devrait se mettre à ses mémoires et quitter le champ de la science politique comme il déserta une fois son ministère.
Has been ? Même pas !

2 commentaires:

  1. l'ermite du gave30/10/2007 18:43

    Les mollah, les intégristes de tous bords, les fous de dieu ne veulent pas discuter, ils veulent d'abord me soummettre, ensuite ils veulent ma mort.
    Je refuse de me soumettre et je refuse de mourir avant l'heure. Alors la seule solution est de leur foutre sur la gueule très fort avant que ce soit eux qui puisse le faire sur nous.

    RépondreSupprimer
  2. Th. de La G.03/11/2007 15:08

    Je souhaite mettre votre lien sur mon blog personnel si vous n'y voyez pas d'inconvénient.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques