11 févr. 2008

La main moîte

Ce billet n'est pas politique, je tiens parole, Steppique Hebdo est devenu un blogue de plaisance non militant, ce qui ne l'empêche pas de dénoncer les peigne-culs !

MoatiLe crevard du week-end est le gourou télémédiatique Serge Moati, du moins croit-il en être. Ses prestations manquent d'amortisseurs à le voir sautiller en tous sens d'un bord à l'autre de l'écran, d'esprit aussi - du moins si l'on ne connaît pas tous les codes utilisés par sa pénétration - mais plus encore d'honnêteté. Addicté à l'Audimat comme tous ses collègues, il lui faut surprendre, dérouter, insinuer, couper, relancer, couper pour faire du chiffre.

L'édition 322 de Ripostes (France 5 - dimanche soir) était celle de Fadéla Amara qui n'a donné aucune prise et a retoqué toutes les manoeuvres déroutantes de l'histrion, au grand dam des espoirs de succès qu'il entendait se payer sur le dos de la bête, ex-égérie de Ni Putes Ni Soumises retournée par l'Elysée.

A la fin de l'émission, le Pr Alain Bentolila qui était à la table de débat l'avait mis de mauvaise humeur sans doute en réfutant la proposition Amara d'un renforcement de l'école de la "première" chance, pour préconiser plutôt une transformation radicale de cette école de l'échec, recommandation qui bien évidemment mettait en porte-à-faux l'animateur face à sa clientèle de gauche dont l'Education nationale est le domaine réservé*.

Alors pour finir vainqueur tout de même, il produisit à la dernière minute une dépêche d'agence relatant un fait divers à Marseille : « Un jeune a été retrouvé inanimé, dans la cave d'une cité, la tête dans l'eau. Une vente de hachisch qui aurait mal tournée, etc. selon la police. ... »
Le générique de fin empêcha quinconque de recadrer cette nouvelle brute dans la critique pertinente du plan Banlieues, et encore moins à Mme Amara de prendre position sur l'économie parallèle comme elle avait nommé le trafic de shit pendant l'émission. Cet épilogue putassier définit parfaitement monsieur Moati.
Laissons-là le cuistre de La Cinq. Il y a plus intéressant.

* Ripostes, "un programme libre d'utilisation en classe" nous dit la chaîne 5.

Le professeur Alain Bentolila est un linguiste respecté qui s'intéresse à l'apprentissage de la langue bien au-delà du déchiffrement scolaire, jusqu'à la pleine possession de cet outil premier de communication. C'est quelque part un vendeur de vocabulaire.
Pr BentolilaAprès bien des ouvrages relativement pointus, il expliquait tout cela dans un article de 2006 :
« Apprendre à lire et à écrire à un enfant ne peut être confié à n’importe qui. Cette démarche exige une solide formation et une expérience que rien ne peut remplacer. Il serait infiniment regrettable que le juste rappel de l’importance de la maîtrise du code dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture ait pour résultat une banalisation de l’acte d’enseignement. Il n’est pas question de dire que puisque la lecture est essentiellement la combinaison de « b et a » pour faire « ba », n’importe qui serait capable d’apprendre à lire à un enfant. La négligence coupable dont on a fait preuve en matière de formation initiale, mais surtout de formation continue, a conduit à des pratiques approximatives et à des savoirs hétérogènes et insuffisants. Il est regrettable que certains jeunes professeurs des écoles à qui on a inculqué la méfiance du manuel – et ce quelle que soit la méthode utilisée – se jettent à corps perdu dans une accumulation anarchique de photocopies au détriment de toute cohérence et de toute progression maîtrisée. Au-delà du juste souci exprimé par le ministre pour que le choix des méthodes de lecture soit aussi pertinent que possible, se pose donc aujourd’hui, de façon cruciale et urgente, une réforme en profondeur de la formation initiale et continue dont les insuffisances posent cruellement la question du professionnalisme de l’enseignant. »

Alors évidemment, pas tout à fait "tendance".

2 commentaires:

  1. l'ermite du gave11/02/2008 23:55

    Dommage, j'ai raté Fadéla que j'aime bien et qu'il faut soutenir, car tous ces envieux (de droite ou de gauche) veulent la voir se planter. Heureusement, elle est plus intelligente qu'eux.
    Ecrivons aux chaines pour faire mettre au rancard tous ces pseudo intellos donneurs de leçons.
    Et pendant que nous rédigeons notre mot, branchons-nous sur BELLYUP, la radio du blues en direct des US.

    RépondreSupprimer
  2. Belly Up ? célaméri-ique !
    http://www.bellyup.com/

    RépondreSupprimer

Archives steppiques