4 juin 2008

Centralisation chinoise

mont Taoping, avant !
Quelque chose est dit avoir changé en Chine après le séisme désastreux de Wenchuan. Le confucianiste préférant sa famille à son village, son village à son prince, son prince à l'empereur, a pris du plomb dans l'aile.

Des dizaines de milliers (peut-être plus de 150 000) de Chinois de toutes les provinces ont convergé individuellement vers les lieux de la tragédie "nationale" pour prêter main forte. Les usines que l'on méprisait comme d'horribles sweetshop sans coeur, ont viré des renminbis jusqu'à milliards dans les 48 heures du premier séisme.
Des chefs locaux du Parti communiste accusés d'infanticides involontaires se sont mis à genoux en pleine rue pour demander pardon aux passants qui les invectivaient.
L'armée elle-même a été admirable, ne comptant ni fatigue ni sueur à atteindre les recoins de la montagne devenus inaccessibles. Certains sont morts au parachutage. 120 000 hommes en quelques heures et jusqu'à 170 000 sur zone en quelques jours avec tout le matériel de travaux publics nécessaire ; la démonstration n'est pas passée inaperçue des spécialistes.

On a sorti des survivants des décombres jusqu'à une semaine d'attente prouvant à tous que les recherches n'avaient pas été "raisonnablement" terminées mais poussées à bout avec la seule foi capable de transporter les montagnes, la colère. Bravo aux équipes de secouristes.

enfant mendiant un secours
La Chine ne pourra plus être gouvernée par les petits satrapes ruraux, elle vient de subir une centralisation, illustrée dès le premier jour par le dévouement sincèrement désespéré de Wen Jiabao. Les pouvoirs provincial et central se sont rapprochés du peuple pour étancher sa soif de justice et assurer la première fonction d'un gouvernement : la protection des personnes et des biens. Cette fois-ci, ils ne se sont pas loupés et, pour la première fois, ont laissé les gens se serrer les uns contre les autres.

Comment s'écrira la reconstruction du territoire dévasté, comment sera amélioré le plan hydro-électrique de la province avec des barrages précarisés, comment seront traités les plus pauvres des paysans perdus sur ce piemont himalayen, ceci confirmera si les patries chinoises ont enfanté une vraie Nation, solidaire et compassionnée, capable d'accéder sans complexe de supériorité au Monde Libre bientôt.

perdrix du Sichuan

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques