21 oct. 2008

Les gardons de la Caisse d'Epargne

logo caisse epargneLes gardons de la Caisse d'Epargne ont croisé un jour des saumons et des anguilles qui leur ont raconté des choses pas possibles sur la vie en haute mer. Et nos gardons de paisible rivière, apeurés à l'évocation de la moindre truite et complètement terrorisés par le souvenir des perches, de décider de descendre au fil de l'eau vers le grand monde au refrain du "tout nouveau, tout beau".
Ils franchirent la barrière su Sel.

Les caisses d'Epargne ont été fondées pour récolter l'épargne populaire afin de la prêter aux collectivités locales. A l'origine elles sont des entreprises financières de mutualisation simple, voire simpliste. La fonction sociale ne convoque pas de compétences extravagantes (il faut connaître les additions) et de tradition, elles recrutaient les "cloches" par un système de cooptation tranquille sur recommandations. Les avantages offerts aux cadres et au personnel sont régulièrement dénoncés comme exorbitants et bien plus quand on les rapportent aux qualités mises en oeuvre. Des pamphlets sévères ont été écrits sur ce vaste sujet.

écureuil narquoisMais l'ambition humaine commande la dérive des choses les mieux encadrées. Ainsi, bien avant La Poste, les caisses ont joué à la banque - c'est en fait une demi-banque, mais vous ne vous en apercevez qu'après avoir ouvert votre compte -, puis à la compagnie d'assurance. Les dépôts se déversant régulièrement par l'attrait de ce véritable paradis fiscal intérieur que font les 4% net d'impôts du Livret A, on voulut faire fructifier les "surplus". Un coup d'oeil à droite, un coup d'oeil à gauche, on crée une filiale pour loger une salle de marchés, et on plonge ...... comme des gardons !
Les orques qui passaient par là ont englouti près d'un milliard de dollars en une journée et l'on dut supplier le chef des gardons de ne pas faire seppuku à la clôture car on venait de renouveler la moquette. Les gardons accusent leurs alliées les brèmes de la Banque Populaire de les avoir circonvenus dans une aventure les dépassant de cent coudées.

dents d'orque
L'Etat bon prince renfloue cet équipage de pieds nickelés de 2 milliards d'euros ce matin, sans autre contrepartie que la démission actée du président et de son directeur général. Je crois qu'il eut été bon pour l'exemple de fusiller toute la chaîne hiérarchique jusqu'à non compris les passeurs d'ordre devant l'écran - sauvons per un cop les lampistes - et de disperser sur les établissements professionnels les départements de banque et d'assurance qui n'ont rien à faire chez l'Ecureuil.

affiche seppukuOn commence à dire dans le grand monde à l'eau de mer que le capitalisme d'Etat s'avère supérieur au capitalisme libéral en ce qu'il ne perd pas de temps à négocier les décisions urgentes avec des partenaires non essentiels et qu'il jette sa puissance d'entrée de jeu sur le champ de bataille, sans se perdre en infusions et perfusions. Il est vrai que les fonds dits souverains (chinois, russes, émiratis et séoudiens) font la loi à tel point qu'on attend d'eux une embellie sur les bons des Trésors de l'OCDE et pour tout dire, les investissements de re-démarrage de la croissance.

L'autre observation est que le capitalisme d'Etat règle son système par une saine terreur. Qu'est-ce qu'on attend pour être bons ?
La Terreur ? c'est un truc français ça !

2 commentaires:

  1. l'ermite du gave22/10/2008 23:28

    Je serai assez d'accord pour qu'on laisse crever les banques et ceux qui sont dedans; d'ailleurs certains avec le gras qu'ils se sont fait grâce aux crédits des crédits, ont de quoi vivre jusqu'à la 7è génération.
    Parce que pour finir, c'est vous et moi qui allons renflouer, avec des impôts. Alors comme vous et moi devons des sous à la banque, laissons la mourir, on s'enrichira des emprunts qu'on n'aura plus à rembourser et la morale, pour une fois, sera sauve.

    RépondreSupprimer
  2. vous pouvez etre amené a gratter pour gratos pendant une partie de votre vie... pendant que d'autres sans trop se fatiguer se seront empiffrés la gueule comme des cochons avec votre pognon ! "caisse d'épargne" : la banque sale définition !

    RépondreSupprimer

Archives steppiques