24 oct. 2008

Pétrole à Gogos

panneau Texaco
Lors du premier choc pétrolier j'étais dans les huiles. La première réaction fut celle de mon patron stupéfait de voir des gardiens de chèvres dicter leur loi à l'Occident. Il ne fit pas long feu dans son poste dès lors que tout le monde avait compris avant midi que Texaco allait s'en mettre plein les poches. Ce qui arriva.

Opep en torchons
Hier soir à Vienne, les towelheads ont décidé de réduire leur production de 1800000 barils/j afin de soutenir les cours et leurs royalties.
La récession mondiale ne semble pas être leur affaire, même si le baril à 147 dollars de cet été n'a pas arrangé le paysage économique de la rentrée. La misère des pays extrêmement pauvres non plus. Il faut dire à leur décharge qu'il n'y a pas si longtemps qu'ils en remontaient de longues chaînes de nègres, et qu'il leur est difficile de manifester de la considération aux espèces autrefois soumises à négoce ; on le voit bien au Darfour.
Pour une fois qu'ils auraient pu collaborer autrement qu'à leur seul et unique bénéfice, il ont raté un rendez-vous de l'Histoire !

Qui veut faire encore l'Union Pour la Méditerrannée ?

logo TOTALJ'ai un doute. Sont-ce bien eux qui poussent à la roue ou les Sept Soeurs ? Disons qu'il y a convergence d'intérêts pour que le prix à la pompe ne baisse pas trop, que les mégalopoles arabes continuent à sortir du sable, que Big Oil persiste dans les bitumes de l'Alaska, que TOTAL retrouve ses marges de raffinage et que les Etats encaissent leurs taxes proportionnelles. Finalement c'est l'imbécile de consommateur qui roince ; il s'y fera ... il s'y fait toujours !

Je continue de marcher à pied, rien que pour manifester silencieusement ma réprobation. Je vais lancer une campagne sur le Net : "Faites donc tout avec les pieds ! Surtout les nez !"

« Ce monde n'est qu'une immense entreprise à se foutre du monde » (Céline dans le Voyage).


loup


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques