12 déc. 2008

Moyrazès

Nobody knows Moyrazès, chef-lieu du meilleur canton à pommes de terre du Ségala (Aveyron). Normal ! mais ce ne fut pas toujours un trou à ce que nous dit la Wikipedia !
Pendant la seconde guerre mondiale, après la Débacle du nord, Moyrazès devint un village de Turcs. Sa population augmentée des réfugiés était nombreuse, alors qu'aujourd'hui la caméra ne croise âme qui vive. En promenade apéritive ou digestive, il y avait 5 cafés-restaurants du meilleur niveau pour 1500 habitants, vous entreteniez le bon voisinage avec le mari de la postière, le mari de l'institutrice, celui de la factrice, celui de l'épicière, le mari de Laure, ex-danseur mondain à Monte-Carlo reconverti dans la peinture des plafonds et le sweeptstake, le fils de la Guiraudie, le chauffeur Trébosc qui risquait sa vie chaque semaine à se hisser sur une chaise vermoulue pour remonter la pendule de la salle du restaurant familial. Son fils était aviateur.

J'en ai vu quand même quelques-uns bosser, et comme les pôvres traîtres sont au cimetière, personne ne m'en voudra de les avoir dénoncés. Un savetier à jambe de bois (un vrai, ne sachant faire que des sabots à l'herminette et à la gouje), un menuisier-mécanicien sur machine à bois triphasée (la seule manifestation du progrès) mais dont tous les fils émigrèrent aux Etats-Unis, et un mercier qui avait une fille aussi délurée que jolie. Elle se reconnaîtra.

J'y ai appris à garder les cochons. En ces temps de crise ça resservira, sauf si la Charia s'impose, bien sûr.
Ce village le voici :


- Merci au reporter anonyme -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques