26 nov. 2009

Vaccin Roselyne

roselyneJ'ai reçu le billet de vaccination pour ma vieille tante du Cambodge. « La grippe de cette année tue et les hommes et les cochons - c'est pas pareil, Yima ! - et elle va détruire les poumons. Oui, c'est un vaccin du gouvernement et l'injection est gratuite. C'quoi c'te merde qui vaut rien, pas un seul euro ? C'est pour sauver la population française, Yima. Ngoy, alors je ne suis pas concernée ! »

J'ai reçu par le lycée le billet de vaccination de mon fils, carlabruniste militant. Refus catégorique au motif qu'on ne sait ce qu'il y a dans la seringue ! Presque pas de copains ont signé en bas de la feuille. La jeunesse fronde la ministre pesante.

J'attends de la CPAM le billet de vaccination qui m'est destiné. Tenant compte que mon épouse est contre les vaccins, et doublement quand ils sont administrés par l'Etat, comme au temps bénis des colonies, j'ai décidé d'obtempérer pour qu'il y ait au moins un survivant dans la famille, afin de raconter le désastre aux oiseaux, puisque tous les cochons à quatre et deux pattes seront morts.

Se pose quand même la question du refus national. Il est facile de dauber sur la propagande du ministère de la santé publique. Ils en feront ou trop ou pas assez selon le score obtenu au printemps. A leur place, si j'avais pu anticiper la réaction populaire, j'aurais taxé l'injection à dix ou vingt euros pour faire sérieux et rentrer dans les frais. Seuls les indigents et les originaux seraient morts ; et basta !
Le problème de fond reste dans la crédibilité de la classe dirigeante que l'on croit rolexisée, populiste et corrompue. Bachelot aurait des intérêts dans les laboratoires pharmaceutiques. Kouchner a touché sur les pauvres africains. Qui mange sur les vaccins ?

seringue

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques