23 janv. 2010

Burqa ? Para qué ?

Notre République SDF* n'en finit plus de se mêler de tout. Dal brés à la tumbo ! C'est quoi cette histoire de burqa ? Si des mochetés veulent jouer Belphégor en plein midi, en quoi cela les concerne-t-il, nos députés et leurs députants ? les yeux du niqabOn me dit dans l'oreillette qu'elle ne sont pas toutes moches et qu'il y a même de sacrés tempéraments qui se planquent dans cette provocation vestimentaire. Je veux le croire d'expérience, les "filles de bédouins" ont le sang chaud !
* sans direction fixe

Si les dirigeants du pays n'étaient pas obsédés par le tapage médiatique autour d'eux, ils auraient légiféré de bon sens, sans attenter à la vie privée des gens qui se fringuent comme bon leur semble dans la mesure où l'appareil géniteur est protégé de la concupiscence des passants.

Mémé va chercher ses gosses en burqa à la sortie de l'école ? Niet, l'école ne donne pas les enfants qui lui sont confiés, à des inconnus. Le père devra se lever du lit pour aller chercher sa nichée de freux à 16h30 !

Mémé va au guichet de la Sécu faire valoir son droit. Que nenni, la carte vitale est dotée d'une photographie d'identité pour - comme son nom l'indique - vérifier l'identité du porteur et valider ses droits. Pas d'accès.

Mémé grillagée entre à la gare Saint-Lazare pour prendre son train vers le Val Fourré (connotation biblique involontaire). Stop ! Le plan "vigipirate" interdit la dissimulation des visages et des armes, ce à quoi veille la patrouille du 1er RCP qui fait son tour d'astreinte aujourd'hui. Les Famas déchargent la purée et la burqa se répand sur le sol rougi du sang du terroriste. Désolé.

3 niqabsIl suffit d'un petit décret qui n'a pas à nommer la burqa ni aucune autre vêture dissimulatrice. Il doit préciser le besoin d'identification en certains lieux pour résoudre le "problème", si la loi n'y a déjà pourvu dans son code éléphantiasique. Lisez-le feignants dorés au lieu de pisser de la loi comme d'autres des calculs !

Et si des femmes sont enfermées par leur famille ou leur mari dans ces tenues grotesques, l'assistante sociale de quartier doit s'en saisir comme de toute maltraitance. Ah mais, ce sont des "muzzu" qu'il ne faut pas froisser ?

Froissez, que diable ! Dieu qui créa la femme vous le rendra !

Par contre que la moukhère aille faire son marché complètement à poil sous la burqa, qui cela dérangerait-il, s'il n'y a pas de vent ? Et le soir cheap-tease sur le tapis volant du salon ! Après tout "ils" l'appellent aussi Niquab !

Chacun chez soi. La République à la Chambre ! Les bédouines au plumard.

voile indonésien

1 commentaire:

  1. "Avant d'envisager, il faut dévisager", aurait dit Jean Cocteau.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques