20 avr. 2010

Cieux calmes

volcan d'Islande
Le volcan imprononçable¹ impose le silence. Les ciels des connurbations européennes ont entendu à nouveau les oiseaux, les avions étant parqués au sol par le principe de précaution récemment bafoué par le pouvoir polonais.
Cinquante, soixante mille vols ont été annulés en Europe ! Et toujours pas mort ! Le problème posé n'a pas encore été déroulé sur le banc d'analyse parce que, mise à part l'abrasion des pales de réacteurs des chasseurs F18 finlandais qui ont traversé le nuage à l'ouverture des hostilités, nul n'a constaté de dommages aux avions-tests.
La polémique contre les précautions excessives va enfler à mesure que tomberont les chiffres des pertes financières et l'annonce des destructions d'entreprises de transport aérien, surtout dans le sillage du hoax pharmaceutique H1N1.
Elle cessera au premier crash, et la solidarité obligatoire des contribuables volera au secours des firmes éruptées !

bateau glacé
D'ici là, nous observons que la vie suit son cours et que la bougeotte irrépressible de l'homo sapiens, moins sapiens que ses ancêtres, n'altère pas vraiment la production plus loin que le vagabondage des vacants. C'est la preuve par neuf que les activités humaines sont interconnectées par l'électronique à grand débit. Et que si le flux tendu des approvisionnements était abandonné au profit d'un système moins stressant de stockages tampons, nous pourrions nous passer de fret aérien et du CO² qui s'en échappe. Vogueraient plus nombreux les jolis bateaux.

porte-containers au chantier
Je remercie donc les autorités islandaises pour leur désintérêt manifeste en vulcanologie qui double celui non moins prégnant en spéculation bancaire. Décidément, qui aurait pensé que la vérité sortirait d'un volcan perdu chez les esquimaux ?
L'éruption peut durer un an... et les Islandais ne paieront pas !
Gag !

Note (1): dites simplement Éya-viala

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques