2 juil. 2010

Héberger une pute

les filles de lyon
C'est la question charitable que se pose tout Lyonnais aujourd'hui, devant la chasse aux filles décrétée par la mairie et la préfecture qui usent de subterfuges pour éparpiller les camionnettes aux rideaux clos. Quand la voiture banalisée de la gestapo péripathétique tourne au coin de la rue, ouvrez votre porte à l'errante. Elle vous en saura gré, gentiment.

Tout bourgeois qui s'ignore - et c'est le cas du Lyonnais typique genre Jacques Martin - en a une grosse qui doit limer son content de fûts pour satisfaire aux contrôles de la médecine du travail. Hélas, la bourgeoise du même qui s'ignore aussi, compte ses foulards Hermès au lieu d'éponger son bourgeois, et le même va aux dames.
Les hôtels étant peu sûrs à la passe - une webcam et ta réputation de bandeur mou est faite - l'usage de l'automobile immobile s'est répandu, avec l'évier et le bidet règlementaire au savon de Marseille. A vingt-deux heures après le film à la télé, les ressorts grincent, à minuit les amortisseurs n'amortissent plus, et le riverain jaloux ou captif de sa houri en bigoudis décroche le grelot pour tapage nocturne.

parc de camionettes
Les putes sont les réverbères de la nuit, quelque sorte de mobilier urbain. Qu'on les sorte des camions, au moins pour le chalandage, et qu'on les laissez fumer.

Faut tout leur expliquer à ses politiques coincés. La tronche de l'édile parle.

[C'est la grève lyonnaise qui nous a alerté]

 

1 commentaire:

  1. L'hébergement d'une fille est passible de condamnation pour proxénétisme à moins de conserver soigneusement tous les tickets de Franprix justifiant de son nourrissement et de préaviser les témoins de votre charité qu'ils seront convoqués à votre défense à la barre du Fisc.
    C'est donc une démarche de conséquence qu'il vaut mieux accomplir en association, ou en club. On en peut fermer les portes et se retrouver aussi coupablement au statu quo ante la loi Marthe-Richard du nom de l'hétaïre qui se vengea de l'Occupation réglée en reichmarks !

    RépondreSupprimer

Archives steppiques