30 déc. 2010

Femme de l'an X

La femme de l'année n'est pour une fois pas un homme politique, une chanteuse chromée ou la miséricorde en mission de misère, non. La femme de l'an 10 (avec un X comme... red hot) est une kagibiste de la plus belle eau dans la grande tradition des "James Bond" revue par John Le Carré et qui relègue Mata-Hari au rang des chromos art-déco, j'ai nommé Anna Chapman - 90-60-90 !


L'espionne qui venait du froid traversa le brouillard londonien pour s'introduire dans le milieu huppé newyorkais et approvisionner ses maîtres en leviers de contraintes.
Un chassis de Corvette, rousse flamboyante aux yeux verts, et mutine avec ça, la "salope" magnifique semblait capable de se faire un Félix Faure à l'heure, ce qui inquiéta le FBI à un tel point qu'il préférèrent l'échanger contre une Dakotane montée au popcorn, de celles que l'on saute au drive-in parce qu'il y fait noir !
Nos romans d'espionnage sont bien fades quand on croise le rêve qui marche, et pour marcher, elle sait marcher.
Sauvée par Poutine, elle renvoie l'ascenseur et fait campagne.
Une pro ! Vive le KGB du bon goût.

Bonne saint-Sylvestre !

 

 

5 commentaires:

  1. l'ermite du gave30/12/2010 18:09

    Ben moi, je m'engage au KGB à condition que ce soit Anna Chapman ma maitresse de stage......

    RépondreSupprimer
  2. D'accord ! Je les appelle.
    Sur la photo de New York, elle a quelque chose de Reine M.

    RépondreSupprimer
  3. Quel Q !
    Espion lève-toi !

    RépondreSupprimer
  4. Poutine divorce.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai vu sa maîtresse à Sotchi lors de la retransmission télévisée de la cérémonie d'ouverture des JO. Ce n'est pas Chapman. Elle est moins bien mais plus sûre. Pas de pénicilline.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques