25 févr. 2011

Takoitoi com'ontre

Excédée par l'imbécilité des maîtres qu'on lui donne, la Carrière se rebiffe. Le collectif Sud-Quai, élégamment baptisé Marly comme les chevaux du roi, dénonce dans Le Monde l'amateurisme, le cabotinage, l'hostilité des titulaires successifs du ministère des affaires étrangères à l'endroit de leurs propres services, mais peine à dévoiler leur vulgarité intellectuelle et morale, et pourtant tout vient de là, plus que leur haine des permanents de la grande maison qui les regardent goguenards entrer et sortir du tournez-manège de la République.
« C'est quoi ta montre » est le mot de passe de la Sarkozye. Alors plutôt que de dauber sur la connerie magnifique des chargés d'affaires (dans tous les sens du terme "bâtés"), ou faire la liste des déclarations faussement exaltées de nos responsables politiques en hommage vibrant à "nos" dictateurs (mais Blair et Berlusconi ont fait plus fort encore), Royal Artillerie offre à ces messieurs-dames un billet de conversation pour désennuyer le dîner diplomatique et leur présente de vraies montres qu'ils pourraient recevoir en cadeau, pour changer !

Nous commencerons par la Portugaise de la International Watch Company de Schaffouse, qui est un régulateur de temps, la mère de toutes montres. Le modèle présenté est un mouvement mécanique à remontage manuel, doté d’une réserve de marche de 46 heures. On en voit peu aux poignets grassouillets de la plage du Negresco car il faut comprendre.


Qu’est-ce qui distingue un régulateur d’une montre usuelle ? Les trois unités de mesure, la seconde, la minute et l’heure, sont disposées à des emplacements distincts : l’aiguille des heures occupe la partie supérieure du cadran, alors que celle des secondes est disposée dans la moitié inférieure. Seule la «grande» aiguille des minutes tourne au centre du cercle.
A l’origine de la chronométrie, cette disposition qui diffère de toutes les autres montres usuelles avait une raison bien pratique : utilisée à l’époque pour les grandes horloges de précision des observatoires, murales ou de parquet, puis pour les chronomètres de marine peu après, elle présentait l’avantage d’éviter que la «lente» aiguille des heures ne recouvre celle des secondes, jugée capitale. C’était en effet d’elle que tout dépendait dans les observatoires, sur les ponts des navires, mais aussi dans les manufactures horlogères où le réglage de précision des nouvelles montres s’effectuait sur cette base.

La deuxième est une montre que l'on pourrait dédier à la politique arabe de la France. C'est la FC-935 de Frédérique Constant, phase de lune et date. Idéale pour prévoir les réactions de nos dictateurs chéris.


La lune a toujours captivé l’Homme en raison de son influence sur les cycles lunaires et terrestres. La FC-935 Heart Beat Manufacture Automatique Phases de Lune & Date rappelle ces liens étroits et nombreux liant l’Horlogerie et l’Astronomie. Ici, la Lune s’affiche à 12 heures, effectuant son évolution sur fond bleu nuit. L’ouverture est ornée des 31 chiffres de la date à aiguille, indication similaire à ce que l’on trouvait sur les montres à complications classiques des années 40 et 50. Le disque des phases de lune est entraîné par une étoile à 59 dents, correspondant à deux cycles lunaires complets de 29.5 jours (le cycle exact de la lune étant de 29 jours, 12 heures et 44 minutes). Chacun comprend que tout diplomate porteur d'une montre aussi affûtée gagne des longueurs d''avance sur ses concurrents équipés de Rolex.

La troisième est le Chronomètre Royal 1907 de Vacheron Constantin, Genève. La classe immortelle. Pas de petit cadrans fluo pour éblouir la bimbo en chasse. Ne peut sortir avec n'importe qui, pas même avec M. Séguéla.


Réalisé dans l’esprit de l’époque et valorisant le travail des artisans, le Chronomètre Royal 1907 se singularise notamment par son boîtier d’inspiration classique et son cadran en émail Grand Feu réalisé dans la plus pure tradition horlogère. Il abrite un nouveau mouvement automatique maison, le Calibre 2460 SCC, doté d’un stop-seconde et bénéficiant de la double certification Poinçon de Genève et Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC).
Avec ce Chronomètre Royal 1907, Vacheron Constantin opère un retour aux sources en alliant créativité et rigueur historique. Cette pièce rare est assurément un produit de connaisseurs, elle est l’expression parfaite des valeurs de la haute horlogerie classique incarnées depuis plus de 250 ans par Vacheron Constantin.

Mais si vous deviez en offrir une à S.E. Boillon le petit, c'est certainement le modèle à bronzer ci-dessous qui le ravirait. 651 composants, le mouvement 100% mécanique le plus complexe du monde :


... quoique la V12-44 Gulf de Bernard Richards Manufacture y va fort aussi pour conduire une Smart. A preuve :


Nous terminerons par la Titanic de Romain Jérôme, Genève. Si le mouvement automatique est un calibre classique Joux Perret 8235 sur 24 rubis, la bête comprend des pièces retirées de l'épave mythique. La lunette en acier oxydé est créée par une fusion extraordinaire effectuée au chantier naval Harland&Wolff à Belfast, lieu ou le Titanic fut construit. Cette fusion lie l’acier authentique de l’épave qui git par 3844 mètres de fond et celui du futur Titanic II. C’est ainsi qu’on capture l’ADN et qu’on crée la renaissance d’un mythe.
Les aiguilles sont inspirées par l’ancre du Titanic et tournent sur un cadran d’un noir profond, obtenu grâce au charbon recueilli dans l’épave légendaire. La petite seconde à 9 heures rappelle les compteurs des machines à vapeur de la légende.


Cette montre, 200% frime, peut être offerte (à prix raisonnable pour la quête diplomatique) à tout ministre des affaires étrangères, lors de son pot de départ du Quai d'Orsay.
Chiche ?

(les descriptions sont inspirées de La Cote des Montres, portail des montres de prestige)

Postscriptum Steppique (25.02.11):
Trois modèles de montres hyper-design à prix abordables pour changer des Rolex, Breitling et Patek Philippe présidentielles. Cliquez sur les images pour accéder aux sites des fabricants.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques