8 avr. 2011

Serrano des pissotières

Il est des têtes comme les trous, de balles. Serrano fait partie du club des dépêchés futurs. Quelle mouche a piqué Marie-Josée Roig pour trouver normal qu'une fondation (Lambert) installée au frais de la municipalité dans un hôtel particulier d'Avignon, la Cité des papes, expose le scandale d'un crucifix, plongé dans l'urine du photographe qui a pris la pose ?
Piss Christ, ainsi est titré le chef d'oeuvre de l'apostat hondurien que promeuvent les galéristes d'urinoir comme Eric Mézil par une affiche blasphématoire sur la voie publique. L'archevêque est outré, plus sans doute par la publicité que par l'exposition somme toute confidentielle. Qui va voir ces m... euh, coprartefacts ?

Il est de merveilleux médaillons de calligraphie arabe qui parfois signifient "Allah est grand" ou autre voeu islamique. Il serait intéressant d'en exposer le bain dans un flacon d'urine et d'en placarder l'annonce sur les murs de la ville. Juste pour voir si la députée-maire à la macaboundeu se maintiendrait à l'Hôtel de Ville pendant l'incendie avec ou sans mistral !
Ce serait jouer avec le feu, n'est-ce pas ?
Chiche Roig !



Madame Roig est intoxiquée par la culture de l'excuse et de la retraite en bon ordre de notre imprégnation chrétienne que lui a injectée le grand mamamouchi Chirac, et elle n'est pas à sa place dans la Cité papale.

Qu'elle dégage !

5 commentaires:

  1. Lambert a fermé l'exposition Piss Christ prévue au départ jusqu'en mai !
    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. La Collection Lambert a rouvert l'expo pisseuse sous protection policière.
    Est-il acceptable de présenter un supplicié juif dans un bol de pisse ?
    La parole est au CRIF maintenant.

    RépondreSupprimer
  3. Tous à Avignon samedi 16 avril à 15 H 00, Place du Palais des Papes pour manifester notre indignation et faire cesser ce blasphème.
    Retournons l'ordure au Honduras !

    RépondreSupprimer
  4. ça lui a fait une bonne promo :)

    RépondreSupprimer
  5. Les réactions de M. Lambert, propriétaire de la collection urologique, sont sans appel : moyen-âge, barbarie, et montrent qu'il n'a pas assimilé le rejet de l'art de merde par une immense majorité de gens.
    La provocation était évidente dès lors qu'il utilisait cette image blasphématoire comme affiche racoleuse de son exposition.
    Pauvre mec !

    RépondreSupprimer

Archives steppiques