9 juin 2011

Le ferry-goat

Pourquoi aucun collège ou lycée d'une commune rouge n'a jamais pris le nom d'Alekseï Stakhanov ? Parce qu'il ne faut promouvoir aucun sacrifice personnel dans la dictature du prolétariat mais encourager à l'effort collectif, lequel a le mérite de bien planquer les cossards.
L'anti-stakhanov de service est l'ancien ministre permanenté de l'Education nationale qui prend beaucoup de monnaie à rien foutre, quatre mille euros par mois quand même, au titre - tenez-vous bien - d'un dysfonctionnement administratif. J'ai nommé Luc Fainéant Ferry.
L'université autonome Paris-Diderot qui compte ses sous et n'en a pas de reste, lui réclame le remboursement du vol par omission.

Agacée, notre grande donneuse attend l'arrêté de détachement dans un des fromages intellectuels de la République qui décidément gavée de contributions, ne sait plus qu'en faire.
Pas du tout !
On n'a plus d'argent, chère médème. C'est la Grèce qui attend le peuple et malheur aux petits salaires et pensions.


Les bonnes âmes de l'indulgence à compte d'autrui nous disent maintenant qu'il est un parmi cent ou mille détachés de l'administration pléthorique (on manque de chaises) mais surtout que ce malheureux n'est que le "bouc émissaire" d'une société pervertie, depuis qu'il a dénoncé l'enculage des grooms de la Mamounia par la Nomenklatura en goguette, un ferry-goat en quelque sorte.

Le brassage d'argent puant que fait le pouvoir médiatique va finir par faire exploser la marmite sociale et décorer les réverbères.
Il faut couper les vivres à l'Etat sans vergogne et s'asseoir pour voir la fuite des rats que l'on pourrait à l'occasion caillasser. Non ?

On commence un peu à s'emmerder en France.

Postscriptum : En fait, le schmilblick est entre le ministère du Plan et l'université Diderot. C'est au ministère à taper dans ses crédits pour payer le penseur, mais qui fait celui qui ne voit rien pour laisser casquer les autres. Jusqu'ici l'ancien ministre de l'Education nationale ne s'en émouvait pas, laissant tomber le virement universitaire pour nul service assuré. Intoxication mentale de la prébende, les fonds publics ne sont l'argent de personne !
Il a fallu qu'il sorte les oreilles du buisson administratif pour qu'on s'y intéresse.

 

2 commentaires:

  1. Les caisses de Matignon (notre argent à tous) vont rembourser à l'Université Paris-Diderot les émoluments perçus indûment par le philosophe qui n'a assuré aucun cours.
    Après le vol, le pillage. En ajoutant le viol, on aurait la devise des Tabors marocains. Un Etat de crouilles !

    RépondreSupprimer
  2. Aux dernières nouvelles, il serait reclassé au Plan, dans son avatar sarkozien d'analyses et synthèses, inutiles quand on n'a plus le rond.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques