13 juin 2011

Timeless


Comme le premier prix du 58° Detroit Autorama ci-dessus ne me plaisait pas (les jantes jurent et la teinte fait vraiment nouveau nouveau riche), pas plus que le gagnant du 59° où je n'ai vu aucune inspiration sauf l'intérieur, je vous passe le deuxième qui méritait franchement le titre en 2010. Nitro de juin a fait un reportage sur ce rod qui marquera son temps.
Les caractéristiques complètes sont développées sur le site web de Richard et Paige Udell, deux fondus du hot rodding de classe extrême.

LOOK :


Félicitations aux heureux parents !

 

6 commentaires:

  1. l'ermite du gave13/06/2011 18:49

    Vraiment super !!
    Les Américains ont tous les défauts mais sont sauvés à mes yeux parce ce sont de vrais passionnés de belles et extravagantes voitures qui n'hésitent pas à revendiquer haut et fort leurs goûts en la matière.
    Nous, bien sûr,nous avons la passionnante Zoé 2011, que des barbouzes amateurs voulaient copier en en volant les plans, c'est dire, mais elle ne me fait pas vibrer de la même façon que cette Ford 1932.
    Et vous ?

    RépondreSupprimer
  2. L'Autorama et le Ridler Award sont par ici. Le hotrodding est une culture spécifique aux Etats-Unis. Il y a aussi de belles réalisations en Europe, en Suisse souvent, mais dans l'esprit des pionniers (bric et broc bien assemblés), question de moyens sans doute.

    RépondreSupprimer
  3. On peut commander son rod tout fait ici :
    hotrodhotline.

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement, les pépés d'Arizona sont pas manchots : CLIC.

    RépondreSupprimer
  5. Réaménager sa terrasse intelligemment c'est par là :).

    RépondreSupprimer
  6. La photo du moteur dans Nitro montre que les 3 vis de serrage de chaque cache-culbuteurs ont des empreintes embossées en forme de sablier, ce qui nécessite une clé spécifique pour les faire tourner.
    Ces rodders sont sous acide, c'est sûr.
    C.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques