12 mai 2012

Hurt





John Henry was a steel driving man
Yes he went down
Well he went down

You just take this hammer and carry it to my captain
Oh tell him I'm gone
Won't you tell him I'm gone

John Henry, he left his hammer
Layin' aside the road
Layin' aside the road

John Henry, he left his hammer
All painted in red
All painted in red

You just take this hammer and carry it to my captain
Yes tell him I'm gone
Won't you tell him I'm gone

This is the hammer that killed John Henry
But it won't kill me
No it won't kill me

I walked all the way from East Colorado
Baby that's my home
Honey that's my home
That's where I'm goin'

You just take this hammer and carry it to my captain
Oh tell him I'm gone
Won't you tell him I'm gone

Bluesman tranquille à la voix douce, déroulant un phrasé limpide à la guitare, Mississipi John Hurt (1893-1966) est un des rares qui vous foutent le blues, le vrai. Il suffit de le voir se comporter aimablement dans la petite vidéo ci-dessus pour comprendre qu'il ne fut jamais accro au showbizness. Technique impeccable sur les trois doigts de la main droite, voix déliée malgré un fort accent sudiste, il aurait pu faire une grande carrière en s'en donnant la peine, mais se contenta de produire ce que la maison de disques du moment lui demandait. Après deux festivals ultimes qu'il a marqués de son empreinte, l'un à Newport, l'autre à Philadelphie, il quitta l'estrade à 70 ans, terrassé par une crise cardiaque. Spike driver blues est une chanson emblématique de Mississipi John Hurt, mais il interpréta tout le répertoire de son époque. Sa biographie chez All Music.


Make me a pallet on your floor est typique de son style. Il y a quelque chose qui annonce Bob Dylan, comme dans son interprétation de CC Rider que je vous passerai une autre fois.



3 commentaires:

  1. l'ermite du gave12/05/2012 15:05

    Arrgghhh!!!
    Notre loi Hadopi aurait-elle franchi les mers pour s'appliquer au pays de la liberté ?
    Faut dire qu'il s'agit de $$$$$.
    Moralité, pas d'échantillon gratuit because a claim, donc on ira voir (et entendre) ailleurs.
    Dommage et damned you, Historic Films Archive LLC/SOFA

    RépondreSupprimer
  2. Les paroles ne correspondent plus à la version de rattrapage :)

    RépondreSupprimer
  3. Il y a aussi du Lou Reed dans la chanson Make me a pallet.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques