18 juin 2012

De la réduction des becs droits

... ou la médecine de l'horripilation.

Le renouvellement de l'Assemblée nationale fut l'occasion de faire un sort à certaines pies et autres choucas particulièrement jacassants dont le débit fait dresser sur la tête ce qu'il me reste de cheveux. Mais la réduction est loin d'être complète, d'aucuns s'étant méfiés. En tête de gondole pour l'immersion au plus profond du Lido la dakaroise royale qui s'était fait une silhouette de "femme d'Etat" - c'est elle qui se proclame telle le soir des résultats - et qui ne fut trahie que par les siens comme il en va depuis l'aube du monde. A parcourir le catalogue de ses déclarations extravagantes truffées de néologitude, on n'imagine même pas ce qu'elle aurait produit du haut du perchoir de l'hémicycle. Bien sûr que la Bêtise habite là depuis toujours mais à ce point... Dieu, qui se réveille rarement ces temps-ci, a ouvert un oeil dimanche dernier et nous a sauvés. La Rochelle valait bien une messe, elle n'y est pas allée. Exit Ségolène Royal.

Avant de poursuivre la revue, je place ici mon immense déception. Taubira la radicale (?!) sentant le vent du mépris guyanais s'est abstenue du voyage en restant sous la brise légère de la place Vendôme. Bien lui en prit mais pas pour nous. Elle a décroché le pompon de l'insupportable dans son exploitation du fonds de l'esclavage contre nous, à se demander si elle aurait pu devenir garde des Sceaux dans sa tribu d'origine, sans le "c" peut-être. Nous avons donc la pie Taubira au pupitre et déjà nous submerge le vacarme des otaries de service qui battent des nageoires pour l'encourager dans sa discrimination positivée.

L'autre est symétrique en tout, comme le soleil à la lune. Elle s'est présentée et fut élue. Il n'en demeure pas moins que son approche intellectuelle de bourgeoise gâtée tape rapidement sur les nerfs quand on ne sait de quel côté la faire taire. L'âge venant on s'y empresse moins, mais le débit fécond ne tarit pas et elle vise le perchoir, elle aussi. Mme Guigou jacasse. Finalement on n'y aura rien gagné, sauf à changer d'agasse.





3 commentaires:

  1. l'ermite du gave19/06/2012 23:15

    Et que dire de la résistible ascension de Duflot, cette redoutable flingueuse qui, après avoir tué ou fait tué tous ses rivaux écolos, a obtenu du président Marshmallow, un maroquin et un groupe parlementaire. Le tout, avec moins de voix que le Front de Marine.
    La Duflot, toute écolo qu'elle soit, ne va pas à la chasse aux papillons, elle chasse exclusivement l'éléphant, à la mitrailleuse lourde.

    RépondreSupprimer
  2. Olivier Mazerolle a dit un jour qu'elle était un vrai "homme" politique avec un caractère trempé et de la persévérance.

    RépondreSupprimer
  3. Tout cela est est bien beau (ou pas...)mais , peut-être serait-il de bon aloi de ne pas tant rabaisser le genre animal car il est fort probable qu'il nous survive sur cette belle planète que les humains ont cru bon s'approprier.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques