27 juin 2012

Mme de Maintenant et M. de Bientôt

Le couple d'enfer qui a pris d'assaut la bonbonnière de l'Elysée se voulait normal telle une contremarque du bouillant Sarkozy et d'Irma la douce ; qui fait l'ange fait la bête, et les Normal sont en réalité les bécasseaux de la farce présidentielle que la planète met à pâté. On commence à rire dans les chancelleries.

Elle, fait chier le monde avec son complexe de seconde épouse sur les charbons ardents, et twitte comme Morano dans un autre genre ; lui s'est engoncé dans le costard gris foncé du chef de rayon des Trois-Quartiers disparus mais il lui manque le bic à la pochette, comme Yasser Arafat. L'habit ne fait pas le capucin. M. François Legris pointe à l'heure même un poil avant, M. de Bientôt est toujours en retard. C'est son truc. Dans les enceintes internationales de décision il est vraiment dommage que la langue française soit devenue si rare car il aurait déjà gagné le sobriquet de Maréchal Ah, le voilà !

Qu'il parte pour Berlin le premier jour de son mandat avec 45 minutes de retard à Villacoublay pour se faire foudroyer en plein vol et revenir aggraver l'horaire, lui a été pardonné. Il débutait à l'international.
Qu'il loupe le discours du président Obama au sommet de l'OTAN et arrive comme un gland devant tout le monde quand tout est fini, fut mis sur le compte du décalage Tulle-Chicago.
Qu'il ait atteint bon dernier la photo des chefs d'Etat du G20 à Mexico l'a placé en position excentrée près de la sortie et nombre de reproductions de cette photo-souvenir le laisseront hors du champ de l'Histoire.
A Rome, au pré-sommet européen des quatre, les trois patientaient en rang d'oignons pour la photo en attendant qu'arrive le nouveau.

Il semble plus près de sa marionnette des Guignols que jamais.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques