21 nov. 2012

Femelles


Caroline Fourest la gentille, au sens du Talmud, a attaqué les tradicathos en loden vert à coup de nonnes à poil. Et le service d'ordre de l'Opus Dei sans doute a mis bon ordre comme il se doit, en rouant de coups la compagnie de salopes et Caroline itou. Rassurez-vous, elle n'a rien, elle est venu le montrer à la télévision.
C'était une manoeuvre d'exercice avant la XXX° Rencontre annuelle des musulmans de France de l'UOIF qui se tiendra au Bourget du 29 mars au 1er avril 2013. Les fidèles musulmans, comme dans leurs rêves les plus fous, seront cernés au Paradis d'Allah par 72 vierges nues aux yeux noirs portant le hijab.
On commençait à s'emmerder.



4 commentaires:

  1. l'ermite du gave21/11/2012 22:48

    Ah, bah, j'aime bien Caroline Fourest, elle n'est pas idiote et des fois elle dit les choses comme il faut les dire.
    Mais elle bosse pour le Monde, pour France Inter, elle commence à être connue; si elle veut progresser dans le milieu journalistique français (de gauche, progressiste, moderne, anti-OGM, solidaire, libertaire et j'en passe) elle se doit de hurler comme les autres, sinon, elle va se fermer les bonnes portes, enfin celles qu'elle considère comme telles pour sa carrière.
    Dommage.
    Heureusement, il nous reste Elisabeth Lévy qui n'a pas peur d'être à contre-courant.

    RépondreSupprimer
  2. Elle n'aurait pas un peu les pommettes saillantes ?

    RépondreSupprimer
  3. l'ermite du gave24/11/2012 20:19

    Qui, Elisabeth ou Caroline? en fait, elle ont toutes les deux les pommettes saillantes. Mon coeur et ma tête passent leur temps à balancer, ça me saoule....

    RépondreSupprimer
  4. l'ermite du gave01/12/2012 14:06

    Je suis un incorrigible naïf : je viens d'entendre Caroline Fourest déclarer qu'elle était lesbienne et que c'était pour ça qu'elle participait à la manif où elle a été tabassée.
    Naïf car je pensais qu'elle y était comme simple soutient et/ou comme journaliste.
    J'emploie le mot "naïf" pour ne pas en utiliser un autre...
    Heureusement, il me reste Elisabeth Lévy (mais sait-on jamais)et ma tête va dorénavant moins balancer.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques