30 mars 2013

Lacrymósa de Verdi




Verdi - Requiem - Lacrymosa par nikkojazz

Lacrymósa dies illa,
Qua resúrget ex favílla
Judicándus homo reus.
Huic ergo parce, Deus.
Pie Jesu Dómine,
Dona eis réquiem.
Amen.

Jour de larmes que ce jour-là,
Où ressuscitera de la poussière,
Pour le jugement, l’homme coupable.
À celui-là donc, pardonnez, ô Dieu.
Doux Jésus Seigneur,
Donnez-leur le repos.
Ainsi soit-il.


Le lacrymósa fait la chute du Dies Iræ, chant funèbre du Requiem chrétien qui fut supprimé de la liturgie ordinaire par le concile Vatican II, le "Dieu de colère au Jugement dernier" ayant été évacué de l'estrade post-moderne qui remplaçait l'autel traditionnel.
Cette dernière strophe est un apaisement où l'on verse une larme après avoir célébré la juste vengeance du Ciel. L'article de la Wikipedia consacré aux sources du texte est bien fait et instructif ; il précède le poème lui-même dans sa version du XIII° siècle, en latin et en français.


Réflexions du jour:

Le pape François a appelé l'Eglise romaine à conquérir ses marches dans un memorandum distribué lors d'une congrégation préliminaire. Tout laisse penser que cet exercice lui a apporté la tiare, même si la place de deuxième au conclave de 2005 l'avait mis déjà en position de challenger. Sortir du nombrilisme romain pour aller évangéliser "aux périphéries" du monde croyant, quitter les mondanités théologiques (un coup de pied à l'érudition de son prédécesseur), apporter l'eau bénite où le besoin s'en fait sentir, tels sont les axes du nouveau pontificat. La croix pectorale est de fer. Mais de quelle évangélisation s'agit-il ? Est-ce le Sermon sur la Montagne ? La subversion des Béatitudes ? Le venin du Magnificat ou la revanche des Esséniens ? La théologie de la Libération ? Ma langue au chat noir.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives steppiques