16 avr. 2013

Demain on enterre un titan




Margaret Baroness Thatcher ramassa un pays au ruisseau, sous tutelle du Fonds monétaire international, pour en faire une destination courue aujourd'hui par les talents de partout. La purge fut d'autant plus rude, indéniablement, que le cancer communiste avait métastasé partout. La nation britannique y retrouva la fierté que trente ans de travaillisme à compte d'autrui avait ôté au vainqueur le plus méritant de la Seconde guerre mondiale.

La canaille l'agonit aujourd'hui d'injures après être certaine de la savoir morte. Nous lui garderons l'estime des libéraux qui ont toujours privilégié l'effort individuel au hamac social payé par les enfants, et le courage national aux mobilisations internationales. On lui reconnaîtra une vraie lucidité sur la marche au néant de l'Union européenne et en revanche une efficacité toute anglaise dans la pacification de la province irlandaise. Ce peuple n'a pas de magnanimité. Nobody is perfect.
Dans l'épreuve que traverse maintenant le Royaume Uni, victime de la licence bancaire de la City de Londres, elle reste l'emblème de l'espérance pour avoir démontré que tout n'était jamais définitivement perdu. A preuve que, même dans les temps difficiles que nous connaissons, les courageux s'y ruent.

Des dirigeants contemporains, elle restera du dernier carré de ceux qui marquèrent leur pays d'une empreinte indélébile, avec Charles de Gaulle, Helmut Kohl, Mikhaïl Gorbatchev. Lui faire des "petites funérailles" est mesquin de la part de Buckingham, mais on sait que la reine ne l'aimait pas. Si François Hollande allait aux obsèques il entendrait peut-être en voix off :
« If you just set out to be liked, you would be prepared to compromise on anything at any time, and you would achieve nothing »

Qu'importe à la fin.

Requiesce in pace, Madam



4 commentaires:

  1. Demain c'est donc aujourd'hui.
    Finalement les funérailles furent quasiment "nationales". Arrivée du cercueil drapé de l'Union Jack sur un affût d'artillerie tiré par huit chevaux noirs. Cérémonie présidée par la reine. Beaucoup d'uniformes militaires. 170 pays représentés plus tous les corps constitués du royaume. Homélie percutante de l'évêque Chartres, chants repris par toute l'assistance, protocole impérial...

    Retransmission en direct et intégrale sur BBC World (avec la qualité de la régie de la BBC):
    http://www.bbc.co.uk/search/news/?q=thatcher%20funerals

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien.
      Cela permet d'assister à l'évènement sans subir les commentaires vaseux des journalistes français.

      Supprimer
    2. J'ai dit la même chose sur le forum VLR après avoir zappé France 24 où des bavards stupides parlaient plus fort que le reportage en direct de la BBC.

      Supprimer
  2. L'Insolent a aussi fait une nécro très intéressante de la Dame de fer :
    http://www.insolent.fr/2013/04/autour-du-legs-pragmatique-de-thatcher.html

    RépondreSupprimer

Archives steppiques