17 avr. 2013

La cagnotte des planqués

Avec 14 ans de député européen,
ce génie n'a que 20000 euros
Du sombre crétin de Solférino au flamboyant Vergennes, la journée du patrimoine nous aura appris que nous sommes gouvernés par des rentiers frileux et passablement menteurs par ommission. Nous savions ces gens incompétents pour relancer une activité économique concrète, nous en avons la preuve. Nous les pensions coupés des réalités entrepreneuriales, ennemis du risque qui va avec, en un sens, planqués, c'est vrai : aucun ministre ou responsable du Parti n'a d'actions ! Ce ne sont pourtant pas les dispositifs incitatifs qui ont manqué, mais miser sur l'économie contrevient au logiciel intellectuel socialiste tout entier nourri à la prébende publique, au fromage républicain, aux places d'offices, ligues et autres commissariats, loin du secteur marchand qu'on laisse aux excités de la réussite à compte de soi. Et ces messieurs sous écran total de nous faire des cours de redressement du pays ! Le grotesque le dispute à l'insulte.

On notera que la génétique rentière a poussé, comme on l'anticipait, à sous-estimer largement les patrimoines fonciers, des fois qu'un fou sans le sou comme Moscovici ne les taxe plus encore à Bercy. Les hôtels particuliers valent une bouchée de pain en Socialie heureuse. Les comptes bancaires sont indigents. Quand aux voitures ! Il est compréhensible que ces messieurs-dames ne veuillent garer chez eux que des tacots puisqu'ils roulent "en cocarde".

On aurait pu penser que des possédants protègent le capital malgré tout. Mais nos élites socialistes ont dissocié le capital mort du capital vif et privilégié le premier, bien plus sûr à long terme ! L'autre, le modèle utile au pays, ils l'ignorent, s'en méfient, le débinent, le taxent. Bourgeois à la Brel, ils vieillissent dans les fumées idéologiques d'un monde disparu où l'on mettait généreusement le peuple en culture pour nourrir des idées en promotions permanentes. Faites des sous pas des gosses, économisez, car il faudra bien un jour trouver l'argent nécessaire à la perpétuation de l'Etat qui les dévore. La Rente est la malédiction française. Elle est mère d'oisiveté, parfois d'imbécillité.

Un pauvre au Perchoir
Tout ce que Hollande touche se transforme en plomb : le déballage puéril de la fortune étrécie des élus, non content de disqualifier la moitié du gouvernement pour tout appel prochain à la justice fiscale à l'endroit de la classe moyenne autoporteuse, ouvre la voie aux classements Top-5, Top-10 des ministres et des ministrables (attendons le remaniement), et donne des pierres à l'intifada populiste qui gonfle dans le pays avec l'arrivée du printemps. Le "mariage-pour-tous-mais-pas-pour-moi" qu'il faut jeter au vote de l'Assemblée avant l'émeute n'avait pas assez secoué l'Opinion qu'il a fallu inventer une "parade" à la trahison du meilleur d'entre nous : Le strip-tease fiscal ! En face, le titulaire du Perchoir, qui prend trente mille euros de monnaie par mois à divers titres dont aucun ne ressortit à une valeur économique ajoutée, a parfaitement vu le précipice démocrassique et crie au charron. Neuf cents parlementaires vont être jetés en pâture au peuple affamé de trous de serrure, et les plus grands tribuns prolétariens ne sont pas à l'abri des sarcasmes de comptoir. Mais pour l'auto, Mélenchon est tranquille : il n'a pas le permis !

On pourrait me rétorquer qu'il faut de tout pour faire un monde et que les sociétés humaines sont aussi faites de moindres talents, de frileux, de malins. Mais que ceux-là évitent d'abord de vouloir commander aux autres !
Qu'on nous foute tout ça à la mer !


5 commentaires:

  1. l'ermite du gave19/04/2013 21:43

    En vérité je vous le dit, on va rappeler Sarkosy...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais avec un "z" comme Zorro !
      :)

      Supprimer
  2. Marrant! Un article de Christine Kerdellant paru dans l'Express du 24 avril reprend grosso modo tout le fond de votre chronique!

    Bizarre bizarre!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du signalement. Je ne l'ai pas lue mais je doute qu'elle vienne à la même conclusion :)

      Supprimer
  3. Pas vraiment:

    Sa conclusion:

    "Pour que la France se remette à créer des emplois il faut que le système scolaire, les médias et les hommes politiques changent les rapports névrotique des Français à l'argent"

    je préfère la votre :)

    RépondreSupprimer

Archives steppiques