3 avr. 2013

La diagonale de l'eunuque


le Grand Eunuque Zheng He
Les eunuques du roi-dragon étaient redoutés pour leur intelligence et leur adresse. Ils compensaient ainsi leur retranchement des plaisirs du siècle par ceux du gouvernement en minutie et casuistique. Leur raccourcissement ne les privaient pas d'enculer les mouches. Le locataire de l'Elysée est tout ce qu'il y a d'entier, aussi ne fait-il que peu d'effort pour se hisser au niveau de sa charge. Sa dernière prestation dramatique était sympa, bon enfant, amusée et rouée, rien qui vaille face aux défis majeurs du pays. Pathétique ! On a les foies !
On me dit ce matin que le pouvoir exsangue cherche à mobiliser l'épargne des ménages sur la reprise économique. Pour ce faire, il veut démarrer un moteur de décision parmi ceux qu'il ne sait pas conduire : la confiance. En appâtant l'avare de bonus fiscaux (et les niches, ça repart !), las ! Personne ne fait confiance à ce pouvoir, à se demander s'il y croit lui-même. Cahuzac va-t-il se suicider pour avoir déféqué en public sur l'honneur de la gauche impeccable ? On attend avec une impatience contenue ce que trouveront les communicants en soupentes de l'Elysée pour sauver la femme de César, vierge et martyr de Médiapart.
Enfermé dans une cage, le pouvoir tâtonnant de la canne blanche se déplace sur les diagonales dialectiques du système et s'étonne d'aboutir toujours sur les coins sans issue. C'est le propre du polygone. Ce n'est pas faute d'entendre les avis de tiers avisés qui lui conseillent de sortir de ses diagonales éculées, pour se battre au grand jour et entamer la dépense publique (une des plus fortes au monde), pour graisser les relations des acteurs économiques en révisant le Code du travail (le plus lourd du monde), en privilégiant le financement des activités prometteuses, en débroussaillant le maquis de la formation professionnelle qui coule 30 milliards d'euros pour un résultat de 500000 emplois non pourvus chaque année, pour tailler dans les agences, commissariats, offices et commissions qui engloutissent des milliards d'euros de fromage ! Vertiges de la Cour des Comptes. Mais cela, bien qu'énorme, serait quand même insuffisant s'il n'était pas rendu aux créateurs l'envie de travailler et de s'y enrichir. On en est loin avec ce slogan infantile des 75% !

Or le pouvoir représente quasi-exclusivement les catégories socio-économiques en tranchées, qui détiennent ces fromages et se nourrissent de la dépense publique sans rien créer. C'est aussi pour cette raison que le président Hollande ne passera pas sous la barre des 25% de satisfaits parce que cette proportion représente le noyau dur de l'Etat, son seul soutien, le dernier carré qui va nous dire merde ! Le pays est pétrifié. Hollande se raconte une histoire de croissance qui va le sauver. Il n'y en aura pas, même si la reprise est générale dans le monde, parce que ce pays n'a rien ou pas suffisamment de choses à lui proposer. A preuve, les chaînes aéronautiques marchent d'enfer, la construction navale va bien, on vend des locomotives, mais la récession empire !

La solution ? Pas de solution !
Castrer le pouvoir si ça le rend intelligent.


1 commentaire:

  1. Dégoûter l'entrepreneur est un crime politique en pleine récession. Ces gens sont tout bonnement cons.

    Salut Cato, je découvre !

    RépondreSupprimer

Archives steppiques