7 juin 2013

D'insupportables croquemorts

Le jeune anarchiste frappé à mort lors d'une rixe à Paris Saint-Lazare s'est trompé de combat. Pourtant il avait franchi le pont-aux-ânes avec mention et poursuivait son CV dans une école prestigieuse du Quartier latin spécialisée en conformisme social. Comme quoi l'intelligence ne rend pas forcément intelligent. Quand on est léger avec des bras de fille et une bouille à bouffer des flocons d'avoine, on se fie au lobe frontal plus qu'au cerveau reptilien et on ne part pas à la chasse à néandertal, même en meute comme les lycaons. Clément Méric eut été plus percutant de la plume que du poing. Mais c'est le privilège de la jeunesse que de faire des conneries volontaires, il est trop tard après. Paix à l'âme du petit soldat, il n'y a pas de complainte du type "Le rêve passe" dans l'univers de l'Antifa, mais nous saluons quand même la peau mise au bout du fusil.
La récupération politicienne fut abjecte dès le crépitement des téléscripteurs. La cible éternelle de l'Anarchie, le parti communiste, s'est jetée sur le mort à le dévorer tout entier. Monsieur Mélenchon, qui voit des fachistes comme Blanche-Neige des nains, a saisi l'aubaine à point d'heure. Les camarades de Méric, qui ne voient en lui qu'un porc stalinien, lui refusent-ils de tenir le poêle qu'il ne cessera d'éructer pour les couvrir de bruit.
Le sombre crétin de Solférino, secrétaire national de toutes les compromissions et combines, tentera bien d'accrocher ses wagons au corbillard qu'il n'y réussira pas mieux. Et c'est là que se dévoile la politicarde que jusque-là j'aimais bien : Kosciusco-Morizet vient rue Caumartin respirer les effluves de sa popularité toute neuve, près du trottoir encore poisseux et ne supporte pas l'absence de dialogue ! Je rêve. C'est trop.

J'allais oublier l'ignoble. Bergé sort son bâton pour régler des comptes avec les familles revendiquées vraies, dans une acrobatie dialectique dégueulasse englobant la Manif-pour-Tous dans le combat de rue des extrémistes, confirmant bien qu'il n'est que ça : du vomi. Le "convoi de nécromants" est en marche, le petit Méric n'est pas encore dans la tombe qu'il ne puisse s'y retourner ! Mort, vous ne choisirez pas vos pleureuses, pensez-y. 
A bon entendeur salut !



7 commentaires:

  1. http://youtu.be/YYI1ecikB30
    No comment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.causeur.fr/clement-meric-skinheads-antifas,22907
      Pas mieux !

      Supprimer
  2. Un photo du frêle petit soldat est publiée par Libération : http://i81.servimg.com/u/f81/11/63/41/65/meric10.jpg
    Quelqu'un aurait pu lui dire qu'il n'était pas bâti pour la castagne et que le foulard ne sert à rien sauf comme accessoire de mode. Ceux qui l'ont encouragé dans cette voie de violence physique peuvent désormais méditer.
    Quid des parents ?

    RépondreSupprimer
  3. Babyface était une petite crapule gauchiste : C'est Illwieckz qui le prouve.
    Ses parents vont peut-être le découvrir maintenant.
    Dur pour eux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vidéos de LINEpress sont explicites, le gamin est malin même si le foulard est plutôt décoratif - on se fait la tête qu'on peut - mais un peu tendre pour le coup de poing, même avec une chevalière à l'index! Faut pas exagérer non plus. C'est son chef d'équipe qui l'a fait tuer ! On n'en parle pas encore mais ça va sortir.

      Supprimer
    2. Catoneo @Dubitatif14/07/2013 09:47

      Votre commentaire n'est pas publiable en l'état. Ce genre d'accusation se porte en justice et pas sur un simple blogue. J'espère que vous comprendrez.

      Supprimer
  4. A écouter l'émission "Le Secret des sources" sur France Culture ce matin, on doit comprendre, selon la sociologue de service, que le titre juste du journal aurait pu être :
    "Un jeune bourge promis au majorat de l'ENA embouti mortellement par un camionneur prolétarien sans avenir".
    Etonnant, non ?

    RépondreSupprimer

Archives steppiques