1 juin 2013

Police ou basse-police



Observez les tenues
Ayant le temps depuis peu de visionner les reportages amateurs sur les violences policières qui on entaché le maintien de l'ordre gay la semaine dernière, je suis effaré, ni de la brutalité du genre, ni de la perfidie nécessaire à l'acquisition de données, mais tout simplement de l'animalité des anthropoïdes en civil qui ci et là ont réglé la manoeuvre en tabassant à terre des manifestants désarmés ou en tirant au sol des femmes d'âge mûr hurlant de terreur. Les images parlent d'elles-mêmes. Il n'y a rien à "expliquer". Une question préalable peut-être : dans la fumée des gaz de préfecture et le tremblement des camescopes tenus par des anonymes, il était difficile de séparer la police de Ben Ali et la police de Moubarrak. Et finalement qu'importe, nos amis africains ont de ces images en permanence à l'écran. Leur religion est depuis longtemps faite. C'est la transition :



Je me souviens être passé jadis sur la route neuve de Chanteloup-les-Vignes qui borde la voie ferrée, un jour où elle était encombrée de cars de CRS. La cité est bâtie sur la butte et une sorte de terrain-prairie descend vers la route. Il y avait amassés là mille personnes de tous âges et vêtures en train d'insulter copieusement les unités de police en contrebas ; et je me dis qu'on n'arriverait jamais à intégrer toute cette racaille en France ce qui finalement serait un bien pour un mal. A aucun moment n'est venue à mon esprit la question du pourquoi. Que s'était-il passé en réalité pour que des mères de famille descendent en si grand nombre sur le pré. La prochaine fois, je me poserai cette question : au-delà de ce que je vois (ou que l'on me montre dans la lucarne bleue) que s'est-il passé avant dans la réalité de ces gens ?
Les insupportables violences gratuites de la semaine dernière sont une faute grave du ministre de la police, car elles ont désarmé le soutien de la population aux forces de l'ordre et surtout à leurs chefs, en cas d'émeute. Quand demain La Courneuve ou Sevran prendra feu, l'adhésion des "braves gens" ne sera pas naturelle. Revenus de tout pour en avoir pris plein la gueule, les braves gens sauront maintenant que les forces sont fortes avec les faibles mais sauveront d'abord leur peau si leurs adversaires le sont moins. Au Trocadéro, les CRS n'ont pas chargé, les magasins ont brûlé sous les yeux de pelotons statiques qui "attendaient les ordres".

Ne garderont le soutien indéfectible de la population que les médecins exposés et les pompiers dont le matraquage sera reproché non pas aux bandes de voyous mais aux bandes de police, inefficaces et trouillardes, qui ne les protègent pas ! Et c'est plus grave encore :

On a longtemps soutenu - et moi le premier - que les unités de terrain étaient bridées dans l'offensive par une hiérarchie de carriéristes planquée à Beauvau, qui ne voulaient d'aucune façon entacher leur CV d'aucune bavure (syndrome Malik Oussekine). J'en doute maintenant. Les "directeurs" sont toujours là, et il y a des Pinot simple flic courageux, mais le déchaînement de psychopathes à brassard à éclipse sur l'Esplanade, aux Champs-Elysées ou devant le Théâtre des Champs, a dévoilé une nature humaine peu ragoutante dans les rangs des fonctionnaires. Que sont ces blousons imprimés de lettres gothiques dans le dos qui portent à la manche le brassard orange ? Pour qui voulaient-ils passer ? Etait-ce pour bien prendre la lumière des caméras de télévision ? Je vous laisse imaginer la suite... mais les différentes scènes filmées lors de ces affrontements laisse planer le doute. Ces types sont-ils du même moule que celui dont sont sortis les rafleurs d'antan ? La police de force est par essence automatique dans son comportement. Il ne faut pas compter la détourner. Elle ne se rallie qu'au dernier jour afin de conserver les droits acquis. L'histoire est ainsi faite.
Qu'on en prenne de la graine.

3 commentaires:

  1. Mouais!

    Il existe un syndrome dans la police , référencé et identifié en premier par les psy qui suivaient les flics US du LAPD: le "nous contre le monde entier"
    Faut savoir que le flic de base quelque soit sa tenue n'est pas aimé et le sait! Spécificité française
    Tout est prétexte dans ce pays pour critiquer la police, et dans ce pays qui compte 60 millions de ministres de l’intérieur, personne ne se gêne pour le faire savoir
    Autre spécialité bien française: ceux qui se plaignent le plus de l'incapacité de la soi dis-ante "trouille " des -flics-qui-ne-veulent-pas-bosser sont ceux qui changent de trottoirs quand mamie se fait agresser ou qui se sauvent quand on leur demande leur nom pour témoigner "vous comprenez, je ne veux pas d'ennui"! Oui, ils comprennent! Bien, trop bien!!!!

    Quand aux USA ou en Suisse, les policiers s'arretent en patrouille boire un café, cela semble normal, en France ce sont des "branleurs" ! Et le péquin moyen ne se gêne pas pour faire la réflexion à haute voix (mais toujours l'air de rien, ce serait trop courageux sinon)

    Bref, en France les gens n'aiment pas la police, ben du coup , c'est réciproque!

    N'attendez pas que le policier sépare la soi disant ivraie du soi disant bon grain: tous pareil!

    J'ai halluciné quand j'ai vu comment s'est déroulé l'arrestation des deux tchetchènes à Boston: les gens qui applaudissent la police en agitant des drapeaux!!!!! Un rêve!

    Ne regardez pas seulement le comportement des flics ce jour là! Observez aussi le comportement du franchouillard de base au quotidien! De quoi briser la philanthropie des plus motivés dés la sortie d'ecole, c'est sys-té-ma-tique! (D'ailleurs on leur enseigne-empiriquement- en ecole: "dans CE pays on ne vous aime pas")

    Vous croyez que "Pinot simple flic" aurait pu être tourné chez les Suisses ou les anglo saxons????? Jamais de la vie!

    Ils ont pris pour tout le monde! Dommage pour eux!

    PS : vous vous demandez :"Ces types sont-ils du même moule que celui dont sont sortis les rafleurs d'antan ?"

    Je vous répondrais: ceux qu'ils cognaient sont également les héritiers (comme 60 millions d'autres) de ceux qui dénonçaient par lettres anonymes à la kommandantur ou faisaient du marché noir!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Camisard,
      Ce billet est appuyé sur plusieurs captures vidéos du 26 mai dont je n'ai pas pris la peine de donner les URL car elles sont partout sur Internet.
      Vous remarquerez que ce ne sont pas les policiers en tenue qui sont mis en cause, mais des escouades de policiers en blouson qui sont passées d'un côté à l'autre, enlevant ou mettant le brassard selon.

      Ce choix délibéré de la provocation (ils ont oublié Internet et les portables) déconsidère les forces de l'ordre et il doit être reproché à la Place Beauvau.

      Votre commentaire est décalé par rapport à l'intention du billet. On n'y dit rien du travail quotidien de police mais seulement du maintien de l'ordre.

      Supprimer
  2. Un article de boulevard Voltaire et qui fait part du mécontentement des CRS face à la demande hierarchique d'intervenir face aux "Veilleurs"

    Les flics ne seraient donc pas tous des nervis ??!!

    http://www.bvoltaire.fr/vincentdelongueville/veilleurs-debout-les-crs-fustigent-les-ordres,29008

    RépondreSupprimer

Archives steppiques