19 mars 2014

Sébastopol, quel pot !

Le prétexte ne pouvait mieux tomber. La révolution sanglante de Maïdan le fournit à un Tsar de petit pied, incapable d'impulser la transformation d'une énorme rente minière en industrie manufacturière. Comme un bouchon flottant sur les cours du brut, le PIB de la Fédération de Russie passe de la panique à l'hystérie, mais ce qui domine est une extinction progressive de l'économie comme le notait RIA Novosti dans une dépêche du 30 décembre dernier.
La voici in extenso :

MOSCOU, 30 décembre - RIA Novosti

En Russie, le bilan économique de 2013 est l’un des pires de cette dernière décennie. La hausse du PIB n'a pas dépassé 2%, les investissements dans le capital fixe ont diminué et le budget tend vers le déficit, écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa Gazeta.
Les indices macro-économiques sont aussi bas qu'en 2009 mais à l'époque, la crise mondiale et les faibles cours pétroliers mondiaux– à peine plus de 60 dollars le baril – pouvaient l’expliquer. En 2013 les tarifs pétroliers étaient élevés (108-100 dollars), les puissances économiques mondiales ont repris le chemin de la croissance, mais l'économie russe a régressé vers la stagnation pour une raison que même les autorités semblent ignorer.
En 2013, le ministère russe du Développement économique comptait sur un rythme de croissance comparable à 2012. Mais après la mise à jour des statistiques trimestrielles le gouvernement a commencé à revoir ses pronostics à la baisse pour cette année – d'abord jusqu'à 2,4%, puis jusqu'à 1,8%. Ensuite, le gouvernement a annoncé qu'une croissance de 1,5% en 2013 serait déjà une bonne chose. En décembre, le ministère du Développement économique réduisait encore ses prévisions à 1,4%. Les investissements dans le capital fixe (-0,8%) et la production industrielle (-0,1%) ont également reculé.

"Le principal objectif du gouvernement, à court terme, est d’assurer la transition vers une croissance économique stable, du moins à un niveau supérieur à 5% du PIB. Il faut y aspirer et parvenir à une croissance stable du bien-être des citoyens russes", avait déclaré le premier ministre Dmitri Medvedev lors d’un forum économique en janvier 2013. Ces propos du premier ministre s'appuyaient sur les calculs des économistes et n'étaient pas le fruit de l'inconscience du gouvernement - une croissance de 5-6% était considérée comme une condition nécessaire de développement par d'autres experts. Les décrets du président Poutine pour la création de 25 millions d’emplois productifs, sur l'augmentation de la productivité du travail de 50%, etc. ne sont en effet applicables que si la croissance du PIB est supérieure à 6%, comme en témoignent les estimations de l'Institut de prévision de l'économie nationale de l'Académie des sciences de Russie. Le conseiller du président Sergueï Glaziev affirmait même que la croissance du PIB ne devait pas être inférieure à 8% par an. Au final, la réalité est très loin des attentes des dirigeants.

Le ralentissement de l'économie a provoqué un arriéré fiscal et des problèmes flagrants de réalisation des plans budgétaires. Les prévisions budgétaires ont dû être réduites pour la première fois depuis l'arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir et il a fallu expliquer à la population cette réduction par des causes extérieures. "L'économie mondiale est actuellement en déclin et l'économie russe suit cette tendance. Cela signifie qu'étant donné son rythme de croissance inférieur aux pronostics, il n'y aura pas non plus de revenus, alors que nous avons déjà prévu un programme de dépenses budgétaires en partant de la croissance économique supposée plus tôt. Alors que faire ? Aujourd'hui, le gouvernement est face à un choix difficile, au préalable il faudra déjà partir des réalités et réduire quelque part nos dépenses", avait déclaré le président en septembre.

En fin d'année, beaucoup de citoyens et de spécialistes ont l'impression que les autorités ne comprennent pas les causes du ralentissement brusque de l'économie et ignorent comment la relancer. Dans son allocution devant l'Assemblée fédérale le président avait énuméré les "nouveaux facteurs de développement" : la haute qualité de la formation professionnelle et la souplesse du marché du travail, le climat d'investissement favorable et les technologies modernes. Mais son conseiller, l'ex-ministre Andreï Belooussov, est préoccupé par d’autres sujets : mi-décembre il a appelé à analyser "pourquoi les mesures de soutien de la croissance économique ne fonctionnent pas" et pourquoi les taux d'intérêt, qui freinaient l'activité d'investissement, ne baissaient pas.
(source de la traduction RIA)

Après la mise au pas de l'Ukraine, la popularité du président a bondi de 23% à 65%. Il est vrai que les hordes nazies étaient aux portes de l'empire.
Crise bienvenue, un peu provoquée. Faut suivre !
Car c'est maintenant que tout commence.


Il en faut un peu plus pour faire le Csar


6 commentaires:

  1. Plus le temps passe, plus il me fait penser à Sarkozy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est bien sûr, Sarkosy !! Où avais-je la tête, hein ?
      Poutine-Hollande même combat ha-ha !

      Supprimer
    2. Je pense que Gérald comparait les tailles des deux grands de ce monde, entre 1m65 et 1m68, hi hi !

      Supprimer
  2. l'ermite du gave21/03/2014 11:35

    Reste que l'Ukraine est une marche de la Russie depuis Pierre Ier, qu'elle est pour elle l'accès à la méditerranée, et qu'elle l'estime vital: la dernière guerre à ce sujet n'est pas si ancienne.
    Quant aux ronds de cuir de Bruxelles et de Strasbourg, ils feraient mieux d'essayer de soigner l'Europe telle qu'elle est aujourd'hui, au lieu de la déstabiliser un peu plus en voulant agréger un énième pays malade.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que je sache la Mer d'Azov est russe et donne accès à la Mer Noire par le détroit de Kerch où les sondes descendent à 18 mètres. Que la Crimée soit russe, après avoir été tatare et auparavant... gothique n'est pas en discussion.
      C'est ce qui va suivre qui est important, et des deux côtés, car l'économie russe retranchée sur une autarcie énergétique n'a pas les solutions de rechange dont dispose l'Occident. Couper le gaz c'est aussi arrêter les factures ! Bloquer les sociétés américaines et européennes, c'est aussi bloquer le développement car jusqu'à plus ample informé, les Russes chez eux font faire et ne font pas.
      Dur, dur !

      Supprimer
  3. On lira avec intérêt le billet de Scott Radnitz sur Slate qui questionne la santé mentale du président russe, à moins que ce ne soit la fameuse diagonale du fou... qui finit parfois par rendre fou.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques