10 mars 2014

Voiture de l'année

Désolé Dongfeng, pardon Sochaux, ce ne sera pas pour moi la trois-zéro-huit plébiscitée par les journalistes automobile. La palme Steppique Xpress 2014 va au culot. Une propulsion tout-à-l'arrière qui braque bien, qui prend les virages au talon-pointe sans aller tout droit, le tout propulsé par un petit moulin économique boosté, posé très bas pour abaisser le centre de gravité du bolide. La Régie l'avait fait en son temps - hommage à monsieur Lefaucheux - 4cv, Dauphine, R8 sont restés des mythes, les babyboomers s'en souviennent tous, enfin tous ceux qui y ont survécu.



Voici donc la Renault Twingo III
Un capot qui rit, un tableau de bord original, de l'espace intérieur, un moteur caché entre les roues arrière. Un site spécial lui est dédié par la marque : NTR.
C'est le moteur la trouvaille. On l'appelle 0.9TCe : un trois cylindres essence turbo de 900cm³ incliné à 49° qui envoie 90 chevaux DIN à l'essieu. Autant dire que les beaufs à traction mazout ne sont pas invités à poser leur gros cul dans cette merveille ! Boîte manuelle 5 ou automatique 6 à double embrayage, on attend l'essai, à fond ! Une version light est prévue sans turbo, elle donne quand même 71cv ce qui n'est pas mal du tout pour une citadine.



C'est une meilleure nouvelle que celle de la renaissance d'une Alpine Caterham, d'une part sur un segment populaire à prix contenu, d'autre part pour les développements qui vont suivre immanquablement. Si vous envisagiez de vous ruiner sur une Porsche d'occasion, attendez la Twingo Gordini bleue. Pour ceux qui voudrait dépuceler le concept du tout-à-l'arrière Renault, nous conseillons de louer une "Gorde" et d'aller se faire peur sur un circuit de la région.

On piaffe d'impatience, on en rêvait, les ingénieurs ont pour une fois jeté les commerciaux du bureau d'études et fait un beau produit, branchée sur le pilotage (relatif) et repoussant le conducteur marketing médian de mauvaise humeur, comme le fut en son temps l'épatante Twingo I. Et course oblige, Renault livre un châssis qui tient la route et une boîte à vitesses de première qualité, ils en sont l'inventeur, n'oublions pas. Seul regret, elle est fabriquée à Novo Mesto.


De très belles photos haute définition sur Le Blogauto.com, crédit François TESSIER


Caractéristiques principales de la Twingo III 2014
Moteur(s) essence au choix :
- 3 cylindres 1.0SCe de 71 ch (atmosphérique) et 91 Nm
- 3 cylindres 0.9TCe de 90 ch (turbocompressé) et 135 Nm
Position : arrière
Cylindrée : 900 cm³ ou 999cm³
Transmission : propulsion
Boîte de vitesses au choix :
- Manuelle 5 rapports
- Automatique commutable EDC double embrayage 6 rapports
Carrosserie :
- bicorps 5 portes 4 places
- toit ouvrant toile en options
Dimensions :
- Longueur HT : 3590 mm
- Largeur HT : 1640 mm
- Hauteur HT : 1550 mm
- Empattement : 2490 mm
Volume du coffre : 219 dm3
Poids : estimé entre 875 et 895 kg

Supplément technique extrait du site Automobile Challenges.fr :

Poste de pilotage

Compartiment AV
Compartiment AR
Baie moteur
Accès fluides capot coulissant

3 commentaires:

  1. l'ermite du gave11/03/2014 21:10

    Faut attendre la version Gordini: 10kg/CV, c'est bien, 7 c'est mieux.
    En attendant, je vais voir comment je vais pouvoir glisser le sac de sable de 25 kg sous le capot avant

    RépondreSupprimer
  2. C'est déjà plein. Le radiateur se situe à l'avant, avec les réservoirs de lave-glace, de liquide de frein et de refroidissement. A part le baise-en-ville de Casanova (brosse-à-dents et coupe-ongle), impossible.
    J'ai rajouté des photos techniques piquées Automobiles Challenges.fr

    RépondreSupprimer
  3. Cette bombe fait vraiment envie. On parle d'un tarif autour de 10.000 euros, un peu moins pour l'atmo et un peu plus pour la turbo.

    Le seul problème est toujours le même, commercial, sur un marché français finalement très conservateur à voir la masse de diesels vendus en zone urbaine et péri-urbaine qui n'ont rien à y faire.

    Cette auto vise un public jeune mais sans budget et des nostalgiques des petites propulsions, comme mon père qui ont déjà un break familial au garage.

    C'est quand même un axe de renaissance des marques françaises qui restent jusque ici sur les modèles trop raisonnables, fades (ou même moches) et sous-motorisés comparés à la concurrence allemande ou italienne.

    RépondreSupprimer

Archives steppiques